mercredi 8 mai 2013

Mariage pour tous?




J'ai honte!
Jusqu'à présent, le mariage était l'union d'un homme et d'une femme, et cela s'expliquait par sa finalité.

Aujourd'hui, la loi fait du mariage une simple reconnaissance publique de "l'amour": aucun "amour" n'est illégitime, tous ceux qui s'aiment ont donc droit au mariage!

Tous?
En fait, non. Pas tout à fait. 
Loin de là, même!
Et c'est pour cela que j'ai honte. Car la loi Taubira, qui prétend mettre fin à des discriminations et à du mépris, constitue une politique de discrimination et de mépris pour certaines formes d'amour.

Souvenez-vous, il y a quelques années:
une femme était arrêtée au volant de sa voiture. On lui reprochait de porter une burqa, et, ainsi, de manquer de visibilité pour conduire. Et puis l'affaire a été médiatisée, et la France a découvert, horrifiée, que la femme en question était la deuxième ou troisième épouse de son mari: Horreur! Du polyamour, en France?! Intolérable! Et contraire à la loi!

Mais comment une telle loi se justifiera-t-elle, si on la regarde sous l'angle de la "réforme de civilisation" que constitue la loi Taubira?

L'amour (sexuel), nous a-t-on dit, n'a pas de sexe! Il faut le reconnaître et non discriminer!
N'est-il pas au moins aussi vrai qu'en amour, on ne compte pas

Et ceux qui savent ce qu'est le polyamour ne peuvent-ils pas témoigner de ses bienfaits? Sur la base de quoi ne le reconnaît-on pas, alors?
Réponse: l'arbitraire.

Donc, nous disons que, dans un soucis d'honnêteté et de cohérence [vive l'égalité!], ou bien la loi Taubira doit être retirée (tel est notre vœu), ou bien le mariage doit réellement être pour tous: que l'on aime son père ou sa mère (et pourquoi pas les deux?) que l'on aime dix ou vingt autres personnes,  tout cela doit pareillement être célébré et scellé par le "mariage", car, n'en déplaise à des racistes, islamophobes, mormonophobes, bisexophobes ou autres réactionnaires qui s'ignorent, l'amour est l'amour, et c'est pur fondamentalisme que de penser le réduire au chiffre "2" ou à des liens de parenté.


Bucer

Aucun commentaire: