vendredi 20 mai 2016

L'Esprit de vérité...




Lu dans Huffington Post.
Dans un article, Ian Mevorach, pseudo-révérend de son état, soutient trois choses:
 
1) Les chrétiens et les musulmans constituent deux immenses communautés. Si celles-ci sont continuellement en conflit, l'humanité ne pourra pas facilement résoudre ses difficultés terrestres (le réchauffement climatique, par exemple). 
2) Le gnostique consire que les chrétiens, par leur islamophobie, ont donné une mauvaise image de l'Islam qui perdure jusqu'aujourd'hui. Alors, selon lui, les chrétiens devraient aujourd'hui transformer cette image négative.
3) Cela, les chrétiens pourraient le faire en admettant que Jésus a prophétisé la venue de Mahomet, dans l’Évangile selon Jean 14-16.
Conclusion: Mahomet serait l'Esprit de vérité.

Voilà ce à quoi incite l'Huffington Post (un précédent article appelait les chrétiens à reconnaître, en Mahomet, un prophète). 

Mais:

1) Pour nous chrétiens, la vérité est plus importante que le salut terrestre. Si le monde chrétien et les mahométans parviennent [ou non] à agir ensemble pour sauver les ours polaires, cela est une question qui ne regarde pas la foi et qui ne peut ni influencer, ni changer la foi. D'ailleurs, rien ne peut changer la foi, sur laquelle repose le Salut éternel des âmes (Jude 3).

2) C'est un scandale pur et simple de dénoncer la prétendue islamophobie chrétienne, à l'heure où des enfants chrétiens sont martyrisés par des milices islamiques. Et au-delà de ces faits (dont certains nous diront qu'ils sont conjoncturels), que dire des principes structurels de l'islam?
Le coran enseigne aux mahométans à dénigrer quotidiennement les chrétiens comme ceux qui sont "égarés" (Sourate I, 7. Cette sourate est utilisée pour la prière). Si Jean Damascène, Thomas d'Aquin, et Martin Luther, ont été "islamophobes" pour avoir dit de Mahomet qu'il était animé par l'esprit d'erreur, alors, Mahomet et l'esprit du coran sont antichrétiens, ou christianophobes. Peut-être l'Huffington Post devrait-il songer à publier des articles appelant les musulmans à reconnaître la divinité du Christ et à abroger la sourate 1, pour pacifier le monde?

3) Certes, l'idée suivant laquelle un prophète devrait venir après Jésus, est une ineptie. Mais l'idée selon laquelle Mahomet serait l'Esprit de vérité est un blasphème pur et simple.
En effet, selon les Écritures, si de nombreux rois, prêtres et prophètes se sont succédé avant l'apparition de Notre Sauveur, Celui-ci, comme Roi, Prêtre et Prophète suprême de l'Humanité, est le cœur et la fin de la Révélation (Hébreux 1. 1-2). Faire comme si la Révélation n'était pas accomplie avec Jésus-Christ, c'est, tout simplement, apostasier le christianisme pour suivre l'un des nombreux gourous apparus dans le temps.
Aussi, l'Esprit de vérité annoncé dans Jean 14-16 n'est ni un homme, ni une personne porteuse d'un message contraire aux Évangiles, mais il est l'Esprit saint, troisième personne de la Trinité, dont le Christ affirme l'unité avec Lui et le Père (Jean 16. 14-15). Parce qu'il s'est opposé à cet Esprit saint, qui nous unit au Fils - hors duquel nul ne vient au Père, Mahomet ne fut qu'un prévaricateur et une bouche du démon. Si le fait de ne pas être musulman est un acte islamophobe, alors nous sommes islamophobes.
Si c'est le fait de savoir (ou de dire) pourquoi nous ne sommes pas musulmans, qui est un acte islamophobe, alors, nous le sommes aussi - ainsi qu'en témoigne cet article.

Mais, si c'est encore un droit d'être chrétien, de le rester, et de tirer les conclusions de nos principes à l'endroit de Mahomet, les mensonges vomis par les admirateurs de le la charia, s'effondrent.
Ne reste, donc, qu'une question: en se permettant d'apostropher les chrétiens, de leur attribuer le rôle de méchants de l'histoire, de les appeler à se soumettre à Mahomet, de commenter leurs textes sacrés de la façon la plus légère... certains médias ne seraient-ils pas les organes d'une propagande légèrement... anti-chrétienne?
  
Bucerian 

dimanche 15 mai 2016

Pentecôte 2016




Viens, Esprit Créateur nous visiter,
Viens éclairer l'âme de tes fils,
Emplis nos cœurs de grâce et de lumière, 
Toi qui créas toute chose avec amour,
Toi le Don, l'envoyé du Dieu Très Haut, 
Tu t'es fait pour nous le Défenseur,
Tu es l'Amour le Feu la source vive,

Force et douceur de la grâce du Seigneur,
Donne-nous les sept dons de ton amour,
Toi le doigt qui œuvres au Nom du Père,
Toi dont il nous promit le règne et la venue,
Toi qui inspires nos langues pour chanter,

Mets en nous ta clarté, embrase-nous,
En nos cœurs, répands l'amour du Père,
Viens fortifier nos corps dans leur faiblesse,
Et donne-nous ta vigueur éternelle,
Chasse au loin l'ennemi qui nous menace,

Hâte-toi de nous donner la paix,
Afin que nous marchions sous ta conduite,
Et que nos vies soient lavées de tout péché,
Fais-nous voir le visage du Très-Haut,
Et révèle-nous celui du Fils,

Et toi l'Esprit commun qui les rassemble,
Viens en nos cœurs, qu'à jamais nous croyions en toi,
Gloire à Dieu notre Père dans les cieux,
Gloire au Fils qui monte des Enfers,
Gloire à l'Esprit de Force et de Sagesse,

Dans tous les siècles des siècles,
Amen.

mercredi 11 mai 2016

Annotation Credo (19): la Résurrection du Christ




il est ressuscité des morts le troisième jour



Le tombeau vide

Une grande tare, dans la pensée des antichrétiens, est d'imaginer que les évangélistes auraient écrit leurs textes (presque) dans l'unique but de tromper leurs (hypothétiques) lecteurs de... 2000 ans plus tard!
Il est bien évident, au contraire, que même si les auteurs inspirés de Dieu savaient que leur témoignage ne disparaîtrait pas, ils le destinaient, avant tout, à leurs contemporains (cf Luc 1/ 1-4).
Or, il apparaît que l'évènement de la Passion et du tombeau vide étaient de notoriété publique, au temps des évangélistes (Matthieu 28/10-15, Actes 1/19), si bien qu'il convient d'aborder ce sujet sans se dérober avec des réponses aussi simplistes qu'intenables, du genre de celle-ci: "cette histoire est bien belle mais nous ne pouvons plus vérifier; qui nous dit que ce ne sont pas des sottises?"
En effet, au Ier siècle, lorsque les apôtres ont prêché (et même lorsque les premiers évangélistes ont écrit), tout le monde, à commencer par les adversaires (potentiels ou actuels) du Christ, pouvait vérifier!


Résurrection

Après la crucifixion, les disciples n'avaient sans doute pas renié leur maître (Luc 24/19), mais ils étaient manifestement dans un état de grande perplexité; pour tout dire, leurs espoirs semblaient bien ruinés:"Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées...'' (Luc 24/21).
Il n'est donc pas vraisemblable de dire que le tombeau vide s'expliquerait par l’œuvre des disciples, qui seraient allés  retirer le corps de Jésus, malgré la garde. Loin s'en faut que l'on puisse admettre l'hypothèse de certains, pour qui Jésus serait "seulement" tombé dans le coma - sur la croix - avant de se réveiller à l'intérieur de la tombe pour visiter ensuite ses disciples et leur faire croire à sa résurrection. Ici encore, de telles explications ne tiennent pas compte de la réalité: un homme torturé, crucifié et éventré ne peut pas se relever, rouler une pierre plus lourde que lui et faire croire à des dizaines de personnes qu'il est dans la gloire éternelle de Dieu.
Qu'est-il donc arrivé? La Parole de Dieu nous dit que Jésus, qui était bel et bien mort, est Ressuscité: son âme a été réunie à son corps qui, lui-même glorifié, devenu impérissable, est sorti de la tombe. 
 
La Résurrection implique donc l'idée que la personne humaine n'est pas simplement une âme, pour qui le corps ne serait qu'un méprisable véhicule, mais que l'homme est autant un corps sensible qu'une âme raisonnable. Aussi la Résurrection doit-elle être distinguée d'autres doctrines, comme la réincarnation [enseignée par Pythagore chez les Grecs, et dans les religions d'extrême orient] pour qui l'âme transmigre de corps en corps et de l'idée d'une vie après la mort qui se limiterait à celle d'une âme désincarnée, séparée à jamais de son corps.


Importance
La Résurrection des morts n'est pas un détail de la foi chrétienne; ce n'est pas une croyance accessoire mais fondamentale, essentielle à toute vie chrétienne.
Si Jésus est ressuscité des morts, alors (et alors seulement) notre foi en Lui est justifiée et notre espérance est bien fondée. S'il n'est pas ressuscité, il n'était qu'un théologien illuminé et ne mérite pas qu'on sacrifie notre vie en écoutant ses promesses.
 
De prétendus théologiens, aujourd'hui comme hier, prétendent que Jésus serait vivant au sens où Elvis est vivant: c'est-à-dire que son enseignement, son souvenir, son charisme restent à jamais présents pour nous... mais que le corps de Jésus serait en fait décomposé, quelque part, en Judée.
Pour excuser leur incrédulité, ces faux-prophètes aiment répéter que la croyance (en l’occurrence: celle en la résurrection corporelle du Christ) n'est pas importante: que c'est la foi qui compte! La foi comme volonté de croire en quelque chose de magnifique, et qui nous rend meilleurs!... La vérité est que de telles personnes ne sont pas chrétiennes et que ceux qui se plaisent en leur communion se corrompent (1 Corinthiens 15/ 33).  
Quant à nous, louons le Seigneur pour son œuvre étonnante et merveilleuse, qui annonce notre propre résurrection et notre propre vie, avec Christ, si du moins nous sommes trouvés en Lui, par la foi.
Amen.
Bucerian



jeudi 5 mai 2016

Joyeuse fête de l'ascension




Ascension
Leçon: Ac.1/1-11
Évangile: Mc.16/14-20
***

Collecte:
Seigneur Jésus, par ton Ascension, tu nous as ouvert le ciel, en nous procurant l'Esprit Saint. De sorte que, par Lui, nous pouvons croire en Toi, au moyen de l'Évangile, et recevoir, ainsi, le salut que Tu nous as obtenu. Nous t'en rendons grâces, Toi qui vis et règnes avec le Père et le Saint-Esprit, un seul Dieu, maintenant et toujours. 

Amen.

dimanche 24 avril 2016

Sur le 480e anniversaire de la Concorde de Wittenberg




Et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison-là ne peut point subsister. (Marc 3/25)


Il est évident que la séparation entre le Protestantisme et Rome se justifie par le désaccord sur l'article capital de la Justification par la foi seule, ainsi que le souligne la Déclaration de Cambridge.

Toutefois, les papistes pourraient objecter, avec des ricanements, que les "évangéliques" ne savent pas à quel protestantisme se fier, puisque, si l'on met de côté la confession PERSONNELLE que Zwingli a présentée au moment où il fallait défendre la foi devant l'empereur (juin 1530), il a existé deux confessions présentées pour le compte d’Églises -- dont on trouve des héritiers aujourd'hui: la confession Tétrapolitaine, du courant bientôt nommé "Réformé"; et la confession d'Augsbourg, du courant "Luthérien".
Si on la tolère, une telle division, aussi minime soit-elle, constitue le fondement de la ruine. Car, si une division est admise, c'est la porte ouverte à TOUTES les autres.

Grâces soient rendues à Dieu, donc, pour la Concorde de Wittenberg, dont nous célèbrerons, le mois prochain, le 480e anniversaire. Cette Concorde, souvent méprisée ou sous-évaluée, est pourtant une pièce inestimable dans un dispositif confessionnel qui, s'il était gardé paisiblement, tiendrait en échec le déluge d'immondices que les gnostiques font déferler sur la chrétienté.
Considérant le poids immense de ce dont il était le témoin privilégié, on comprend que Bucer pleura de joie, lors de la signature de ce texte. Nous nous associons à cette joie autant qu'à la formule de concorde qui l'a rendue possible.


Bucerian

samedi 23 avril 2016

Le baptême des enfants


"A la lumière de la Parole de Dieu (il faut) conclure que, parce que Dieu reçoit dans son Église les petits enfants avec leurs parents (*), le baptême doit être administré aux croyants et à leurs enfants. Non pas comme un rite superstitieux qui dispenserait de croire ou qui se substituerait à la conversion, mais comme la marque d'une Alliance dont les termes engagent au contraire à la foi et à la repentance de chacun. 
(...)
Pour cette même raison, on a tort d'imaginer que les enfants des chrétiens seraient inclus dans l'Alliance de telle sorte qu'ils ne seraient pas mis au bénéfice du baptême avec leurs parents, mais – au moins pour un temps – au bénéfice du baptême de leurs parents. Cela ne renverrait-il pas, en effet, à la vaine confiance d'être sauvé par la foi de ses pères (Matthieu 3: 9)?
Partout, l’Écriture interpelle au contraire chaque membre du peuple, malgré son jeune âge; et cela se traduit, dans l'administration du signe d'entrée dans l'Alliance, par une application [de ce signe] aussi personnelle que la conversion et la foi qu'il marque (cf. Romains 4. 11/ Jérémie 4: 4)."


Bucerian

 ______________________

(*) Confession de La Rochelle, article 35.

mercredi 13 avril 2016

Le procès de Jésus

France 2 annonce la programmation d'un docu-fiction sur le procès de Jésus. Je ne sais pas ce que va donner le film de France 2, mais, il y a quelques jours, dans ma voiture, à la radio (à partir de 8 mn 20), j'ai entendu un prêtre qui laissait entendre que les évangiles racontent des mensonges, en tout cas sur cet épisode*.  
Pourquoi France 2 se priverait-elle de partager cet esprit de blasphème?
Pour notre part, nous devons croire que la Parole de Dieu est exempte d'erreur; loin s'en faut que nous admettions l'idée qu'elle véhicule le mensonge. Autrement, ce ne serait plus ni la Parole de Dieu, ni même la parole des hommes, mais celle du diable.

Bucerian 


 
* Le diseur de messes se garde bien de dire que la Bible n'a jamais essayé de cacher la violence dont Pilate pouvait (et non: devait absolument) être capable (Luc 13).

mardi 29 mars 2016

Synopse biblique








Un grand merci à notre ami Athanasius, pour avoir réuni et partagé le fruit de son excellent travail, aussi profond que pédagogique, et qui devrait être d'une grande utilité pour de nombreuses âmes - trop souvent (hélas), "ballotées à tous vent de doctrine", par des escrocs.
 
 (Accessible également depuis notre rubrique "Ressources")

L'équipe du blog

lundi 28 mars 2016

Lundi de Pâques





Collecte


Seigneur Jésus, Toi, le Ressuscité, qui te manifestes, par l'Évangile et les sacrements, fais naître et soutiens en tes fidèles la Foi en ta victoire pascale, afin qu'ils reçoivent et demeurent dans le Salut, que tu leur as si chèrement acquis. Nous te le demandons, Toi, qui vis et règnes, avec le Père et le Saint-Esprit, un seul Dieu, maintenant et toujours. Amen