dimanche 25 janvier 2015

La Bible pour les "nuls"

En 2013, nous avions diffusé les très intéressantes vidéos apologétiques de la chaîne Youtube de solagracia 14.

Nous pensons utile de partager aussi cette vidéo, qui fait un survol de la Bible:





Bonne écoute à toutes et à tous!



Bucer


jeudi 22 janvier 2015

Blasphème, offenses et totalitarisme

L'attentat de Charlie Hebdo a récemment soulevé la question des lois anti-blasphème ou, plutôt, de lois couardes déguisées en lois contre le blasphème.
Voici pourquoi, en tant que chrétien, je ne suis pas favorable à ce genre de lois.

Le rejet du blasphème

Qu'on ne s'y trompe pas: mon propos n'est pas de soutenir le droit de l'homme à ricaner sur tout, à mépriser tout ce qu'il veut, même Dieu.
Contrairement à Charlie Hebdo, je ne place pas le droit au sacrilège au-dessus de tout et je ne voue pas un culte aveugle à la liberté d'expression.
Disons-le, même: étant chrétien, je déteste, j'exècre le blasphème.

Mais la condamnation du blasphème doit avoir un fondement théocentrique: le blasphème n'est pas condamnable parce qu'un homme pieux, en l'entendant, risque de s'en trouver peiné; le blasphème est condamnable parce qu'il est un outrage, une injure au Dieu vivant.
Et attention: le Dieu vivant, ce n'est ni Krishna, ni Allah, ni l'arbre qu'un animiste adore dans la forêt.
Père... que Ton Nom soit sanctifié!
Ainsi, puisqu'il est hors de question de défendre l'honneur du vrai Dieu à même titre que l'honneur d'une idole, il est hors de question de soutenir une loi consistant à se garder superstitieusement de contrarier l'éventuel dieu-arbre, ou dieu-caillou, de je ne sais quelle secte obscure.
Si une loi anti-blasphème devait être votée, il ne pourrait s'agir que d'une loi authentiquement anti-blasphème, c'est-à-dire exclusivement consacrée à la gloire du seul  Vrai Dieu. Mais la conséquence serait terrible pour beaucoup de monde, notamment pour les musulmans, puisqu'elle interdirait la diffusion du coran, dont le contenu est une injure au Fils unique de Dieu (Jean 5, 23). 
Est-ce là ce que souhaitent les zélateurs islamistes?
Heureusement pour eux, s'il n'existe aucune tolérance théologique pour leurs blasphèmes dans le sein de l’Église,  nous n'avons pas le projet de déclencher une guerre civile en attaquant la tolérance politique dont ils jouissent dans la République.


Le rejet des moqueries

On pourrait alors penser à une autre sorte de loi. Non pas une loi anti-blasphème, mais une loi plus anthropocentrique, comme celle à laquelle pense François, en disant de ne pas se moquer de la foi d'autrui.
L'idée n'est pas ici de chercher la gloire de Dieu pour elle-même, mais de chercher le respect du prochain en évitant de le blesser en raillant ses croyances.
Certes, en tant que chrétien, je sais bien qu'il faut se montrer charitable; mais que vaudrait une loi consistant simplement à interdire de "dénigrer" l'objet de la foi d'autrui?
Que deviendrait par exemple le Psaume 115, aux yeux d'une telle loi?
Quel païen ne s'offusquerait pas d'entendre que son dieu est un truc sourd et aveugle? 
Par conséquent, je pense que le tact ne se décide pas par une loi, dans le code pénal.

Reste la possibilité d'interdire simplement toute diffamation, contre toute personne supposée avoir existé un jour.
Mahomet serait inclus, la parole publique serait moins infestée d'abjections susceptibles de provoquer des haines; bref, le respect serait sauf, la République aussi.

... Ou plutôt, non. Car, pour ce qui concerne la dernière Une de Charlie Hebdo, il est évident que rien d'injurieux, d'obscène ou de dégradant n'a été dessiné. Et pourtant...


Conclusion:

Quand une partie du monde (là où l'on assassine des enfants, brûle des églises...) s'enflamme contre un grand pays à cause de la Une d'un journal insignifiant, ce n'est pas le signe que ce journal a outrepassé les bornes (même s'il est vrai que Charlie Hebdo les a maintes fois dépassées, surtout contre le christianisme!); c'est le signe que le pays en question est confronté à une menace totalitaire.
Ce que l’Église doit faire alors, c'est combattre par la prière. 
Et l’État, combattre par la bouche de ses canons.


Bucer

mardi 20 janvier 2015

Persécution mondiale


MAROC: à l'instar du bloc communiste avec le mur de Berlin, le bloc islamique propose un tel paradis à ses fidèles qu'il est obligé de les retenir dedans, manu militari.

Bucer

La réforme pour la réforme?



Avec les derniers assauts des fanatiques, il est de plus en plus fréquent d'entendre parler d'un besoin de réforme de l'islam, et le parallèle avec la réforme protestante est vite dressé.

J'ai même entendu des chrétiens se féliciter d'un tel projet, comme s'il fallait se glorifier de ce que "notre modèle" soit imité (disons-même: exporté!) chez d'autres.

Or, en tant que chrétiens, nous ne croyons pas que l'islam ait besoin d'une réforme. Nous croyons que les hommes, notamment les musulmans, ont besoin de Jésus-Christ, le Fils Unique de Dieu, le seul Sauveur.


La réforme protestante, dont nous sommes héritiers, n'a d'ailleurs pas consisté à mener une réforme pour elle-même (ou par elle-même!) ni à chercher à adapter le christianisme à des "valeurs nouvelles" et venues d'ailleurs, mais à rappeler, encore et toujours, le salut éternel qui est dans le Christ, Vrai Dieu et Vrai Homme, mort et ressuscité pour notre Salut.
Toute autre "réforme" n'aurait été qu'une tentative sacrilège de remanier (d'ailleurs arbitrairement) et, disons-le, de trahir, la seule véritable doctrine chrétienne. 
Pareille réforme aurait semblé sacrilège aux yeux des "réformateurs" et aurait été repoussée avec effroi par eux -- comme par tout esprit moindrement religieux.

D'ailleurs, si, comme le prétend la pétition signalée ci-dessus, "Il n’existe pas de religion supérieure à une autre", on serait en droit de demander pourquoi ses signataires entreprennent une hypothétique réforme de l'islam, alors qu'il leur suffirait d'abandonner l'islam pour une autre "religion" déjà prête à l'emploi.

Bucer

lundi 12 janvier 2015

Boko Haram

Nigéria: on déplore des milliers de victimes de l'islamisme, où une fillette a même servi de bombe humaine aux meurtriers.

C'est donc la guerre en Afrique, c'est la guerre en Europe, c'est la guerre en Amérique, c'est la guerre en Orient, c'est la guerre en Asie... bref, rien que quelques actes de "déséquilibrés isolés" et "sans lien les uns avec les autres", qu'on vous dit! De plus, à côté de ces tristes cas fortuits, relevant évidemment de la seule psychiatrie, le citoyen sera invité à considérer le côté positif de la situation: le Qatar et l'Arabie Saoudite sont engagés contre ces dérives psychotiques, tandis qu'il y aura, aussi,  du personnel hospitalier pour soigner les blessés. 
Que demande encore le peuple?...

Nous demandons, de notre côté, l'aide de Dieu pour nos frères persécutés et pour nous-mêmes pour ne pas céder à la colère et à la haine (il y aurait de quoi!) et pour amener aux captifs des ténèbres le témoignage de la Parole de Dieu. Prions également pour agir en bons citoyens et pour que les autorités prennent les décisions nécessaires à la préservation de la paix publique.

Bucer


jeudi 8 janvier 2015

Index Mondial de Persécution





Les pays les plus anti-chrétiens sont marxistes ou islamistes:
 
1. Corée du Nord
2. Somalie
3. Irak
4. Syrie
5. Afghanistan

Prions le Seigneur de soutenir son Église partout où elle est confrontée à la persécution et de la délivrer de l'esprit de torpeur partout où elle est confrontée à la séduction.

 Bucer

mercredi 7 janvier 2015

Charlie Hebdo


Que les choses soient claires: nous ne sommes pas Charlie.

Toutefois, l'acte terroriste qui a ensanglanté Paris aujourd'hui mérite d'être fermement condamné; et nous adressons à Dieu nos prières pour les proches des victimes, en particulier pour les proches des agents tués dans l'exercice de leurs fonctions.

Si la condamnation des tireurs est évidente, nous devons aussi noter que, pour faire leur argent, certaines enseignes n'ont pas hésité, lors du dernier ramdam, à assurer la plus grande promotion possible à des ouvrages à caractère terroriste

Assurément et dans tous les cas, diffuser du poison pour de l'argent est une chose. En répondre devant Dieu en sera une autre.

Bucer

mardi 6 janvier 2015

l'Evangile en Tunisie


Bonne nouvelle!

De nombreuses personnes deviennent disciples de Notre Seigneur, en Tunisie (pays majoritairement musulman).
Et certes, de l'aveu même du coran (3, 55) c'est ce qu'il y a de mieux à faire.

Que Dieu bénisse les tunisiens et amène beaucoup d'hommes et de femmes à renaître, dans les eaux baptismales, par la foi en Jésus-Christ le Fils Unique de Dieu!


Bucer





EPUdF, UEPAL, mariage gay et autres questions...



«Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?» (Luc 18, 8)




 

Le Dialogue-Roi, dans les communautés ecclésiales pseudo-protestantes, entre Monsieur le littéraliste-modéré, Leroy Décond, et Monsieur le moderniste-modérant, Lucien Fer.

Leroy Décond: Cher ami, le détecteur de fumée s'est déclenché; je suis allé vérifier et j'ai vu que de grandes flammes étaient en train de lécher les murs de la cuisine.
Je suggère d'appeler les pompiers, et vite!
Lucien Fer: Cher ami, je ne voudrais pas que nous ayons une lecture trop littérale de la réalité. Selon votre vision archaïque des choses, il y aurait tout lieu de penser qu'il y a le feu à la baraque; mais prenons du recul, voulez-vous?
Leroy Décond: Certes, dialoguons! Après tout, je crois au dialogue tout puissant, créateur de positions communes qui satisfont le plus grand monde.
Lucien Fer: Que vous êtes sage, mon ami! Que vous êtes sage! Je vois que le porteur de lumière a ébloui vos yeux!
Leroy Décond: Et tout mon esprit avec! Mais...
Snif, snif: Ne sentez-vous pas une odeur de cramé? On dirait le bois du couloir qui relie la cuisine au salon...
Lucien Fer: Allons mon ami! Pas d'inquiétude: appelons l'homme que vous avez aperçu plus tôt ce matin, avec un jerrican d'essence et une boîte d’allumettes, et demandons-lui ce qu'il pense de toute cette affaire!
Leroy Décond: Belle idée! Ainsi, quelle que soit notre conclusion, elle aura (ce qui est le plus important!), une large adhésion!  
Lucien Fer: Bien dit!
Leroy Décond -- Au pyromane: Monsieur, monsieur! Pourriez-vous venir un instant?... Mais? Ne courrez pas ainsi, voyons! Nous voudrions juste...
au moderniste modérant: Trop tard, il est loin maintenant!

Lucien Fer: Hélas! Je propose d'ajourner notre décision, le temps de retrouver notre homme!
Leroy Décond: Je comprends et je respecte infiniment votre position; il est vrai qu'il faut se garder de toute option trop extrême, mais il me semble que la salle à manger est à présent la proie des flammes, elle aussi; de sorte qu'il ne reste plus que la chambre à coucher!...
Lucien Fer: Je vois! On s'inquiète plus de l'état de la maison que de l'avis de ce brave inconnu, que votre outrance a déjà fait fuir?!
Leroy Décond: Non, non, croyez bien que son avis m'importe plus que ma propre vie, mais c'est que...
Lucien Fer: Ne vous justifiez pas! Je respecte votre faiblesse. Alors, décidons-nous!
Leroy Décond: Je propose d'appeler les pompiers.
Lucien Fer: Et moi, je propose de ne pas déranger ces braves hommes à cause de vos peurs injustifiées!
Leroy Décond: Que ferons-nous, alors?
Lucien Fer: Il ne reste qu'une seule option: le compromis! Disons que nous appellerons les pompiers si la chambre brûle elle aussi! Qu'en dites-vous?
Leroy Décond: Je suis d'accord! Ah, félicitons-nous de ce bel accord! Quelle belle con-corde nous avons là!

_____

Un tel dialogue aurait-il-lieu s'il était question de leur baraque? 
Évidemment pas.
Si un incendie se déclarait chez nos pasteurs, j'ose même imaginer que certains seraient prêts à casser les dents de quiconque les empêcherait trop longtemps d'appeler le 18. Ne faut-il pas sauver les meubles? Et l'argenterie...
Mais pour la Maison de Dieu, allons-y! Discutons, négocions, laissons les choses se faire...
N'est-ce pas ici le signe qu'ils se disent pasteurs, ou  surveillants (évêques), mais que ce sont de simples crapules, prêtes à laisser la bergerie entre les griffes des loups tant que cela ne les empêche pas de toucher leur maudit pognon?

Bucer






dimanche 4 janvier 2015

2 Pierre 3


Rendons grâce à notre Dieu, infiniment Bon, Père de toutes miséricordes et de tous dons excellents, de nous permettre d'écouter Sa Parole et prions-le d’enflammer nos cœurs par cette même Parole, afin qu'il s'y trouve une foi vivante et persévérante!
Amen!

Nous sommes au début d'une nouvelle année de grâce.
Et comme à chaque nouvelle année, les gens se sont échangés leurs meilleurs vœux et ont pris de bonnes résolutions.
Faire et recevoir du bien, en somme!
Tout ceci est a priori charmant, voire louable... Je dis bien: a priori!

Car il me vient à l'esprit un passage d'un livre que le réformateur Martin Bucer rédigea au commencement de son ministère, à Strasbourg, et où il dit que Dieu a créé toutes choses pour Lui-même (Prov 16, 4). C'est pourquoi, elles devraient toutes être orientées vers Lui et être à Son service, de même que tout ce qui est fait doit être au service de celui qui l'a fait.

Mais nos contemporains sont-ils dans une telle disposition?
Et nous-mêmes, bien souvent, pouvons-nous dire que nous sommes ainsi disposés à l'égard de Dieu, de ne chercher que Sa gloire?
Partout, nous voyons au contraire les hommes, dans leur idolâtrie d'eux-mêmes, chercher pour eux-mêmes et par eux-mêmes quelques biens, au lieu de chercher pour Lui-même Celui qui, Seul, est Bon et de qui viennent tous biens véritables.
Partout, nous les voyons abuser des biens qu'il leur octroie, sans jamais Lui rendre grâce, sans jamais Lui consacrer ce qu'ils Lui doivent!
Par cette attitude, où ils abusent des dons de Dieu pour les détourner de leur fin véritable, les hommes ne font pas de bons vœux pour leur prochain: ils convoitent plutôt, avec leurs complices, ce qu'ils vont encore pouvoir voler à Dieu!
Et que méritent des gens si ingrats, si rebelles, si injustes, sinon de n'avoir rien du tout?
Oui, c'est bien le sort que méritent les hommes: eux qui ont rejeté le Soleil de Justice, d'être jetés dans l'abîme!
Eux qui se sont coupés de la Source de Vie, de périr dans la soif!...
Et pourtant (c'est pourquoi j'insiste sur le fait que nous entrons dans une nouvelle année de Grâce!), Dieu, dans sa bonté, continue de dispenser ses biens même à ces renégats et à leur donner en plus la prédication de l’Évangile par lequel ils peuvent être réconciliés avec Lui et être sauvés!
Tout ceci est déjà une grâce imméritée; aussi, chacun, dès lors qu'il a une seconde de vie et qu'il entend cette Parole, est moralement tenu de la recevoir aussitôt dans son cœur avec foi -- faute de quoi, c'est éternellement qu'il en sera tenu coupable devant le Dieu vivant!

Contrairement aux païens, qui cherchent en vain leur Bonheur en oubliant Dieu (et en cherchant à satisfaire leur corps ou leur esprit), cherchons quant à nous la Gloire de Dieu jusqu'à nous oublier nous-mêmes: servons-le corps et âme et ainsi, seulement, nous trouverons le bonheur.   Ceci est assurément vrai, car il est écrit (Psaume 73):     

Ma chair et mon cœur peuvent se consumer: Dieu sera toujours le rocher de mon cœur et mon partage.
    Car voici, ceux qui s'éloignent de toi périssent; Tu anéantis tous ceux qui te sont infidèles.
    Pour moi, m'approcher de Dieu, c'est mon bien: Je place mon refuge dans le Seigneur, l'Éternel, Afin de raconter toutes tes œuvres.
Amen.


Comment nous approcher de Dieu?


S'approcher de Dieu, Le connaître et Lui être uni pour toujours! C'est là sans doute le plus grand bien de l'âme.
Mais comment faire? Dieu n'habite-t-il pas une Lumière inaccessible?
Oui... mais Dieu s'est aussi révélé! Il s'est révélé, non pas par un tiers, mais Lui même et par Lui-même, en la Personne du Fils Unique.
Nous trouvons Dieu en Jésus-Christ!
Et ce Christ, nous le trouvons Lui-même dans les Saintes Écritures (Jean 5: 39) qui sont inspirées de Dieu pour nous édifier et nous conduire au Salut.
De même, ce Christ, nous le trouvons dans le baptême; il est encore est présent, comme vrai Dieu et vrai homme, avec tout le mérite de Sa Passion et tous ses Biens, dans la Cène.
Il est présent lorsque nous prions et Il nous demande de nous confier à Lui, le Rocher de Notre Salut, Celui qui, seul, peut et veut nous aider.
Cela Il le fait lorsqu'en effaçant nos fautes, il fait de Dieu, son Père, notre Père, un Dieu aimant et favorable, un Dieu qui est dans notre camp pour toujours!

Honorer Dieu?

Croire en Lui, c'est là tout le principe de l'honneur que nous devons rendre à Dieu. Non seulement lorsque nous recevons le Fils, que nous lui rendons le même honneur qu'au Père (Jean 5, 23) mais lorsque cet honneur consiste dans une vraie confiance du cœur -- plutôt que dans de vaines paroles des lèvres!
Cette confiance est exprimée dans la prière et lorsque, après avoir prié, le doute et la révolte sont balayés de notre cœur par les paroles du Credo, dans lequel nous disons:
oui, je crois en un seul Dieu, le Père tout puissant.... je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, consubstantiel au Père.... je crois en l'Esprit saint, qui règne et donne la vie!
C'est-à-dire: ma prière ne consistait pas en un souhait jeté au ciel comme une bouteille à la mer, mais il y un Dieu vrai et vivant qui m'a écouté en vertu de Ses promesses indéfectibles, c'est Lui en qui je crois et que je confesse, celui qui a parlé par la bouche sacrée du Fils et que nous trouvons dans les Écritures saintes!
       Ensuite, notre foi, sainte, doit porter des fruits: c'est pourquoi nous honorons également Dieu en servant notre prochain, en aimant notre prochain de tout notre coeur: nous l'aimons, lorsque nous sommes patients, lents à la colère, que nous pardonnons ses fautes, que nous prions pour lui de tout notre cœur, que nous partageons avec lui notre espérance.
Aimons-nous toujours ainsi notre prochain, même celui qui nous est hostile?
Le prétendre serait un mensonge! Confessons-nous donc au Seigneur et apprenons, chaque jour davantage, à aimer!
Tout cela, mes amis, ce n'est pas souhaiter nos vœux de bonheur à autrui: c'est vraiment lui témoigner de la Joie et du bonheur qui sont en Dieu, en Christ et qui ne peuvent être en nous que par la foi!


Qu'avons-nous en Lui?


Car j'ai dit (et je crois que l’Écriture ne dit pas autre chose]: "cherchons la Gloire de Dieu jusqu'à nous oublier nous-mêmes" (la gloire de Dieu doit être notre seule préoccupation!) en ajoutant: ainsi nous trouverons le bonheur.
C'est que la Gloire de Dieu n'exclue pas le bonheur de l'homme!
En Jésus-Christ que nous professons, Dieu veut nous donner tous ses biens et pour toujours. Telles sont les bonnes résolutions de Dieu en Christ!
Il est vrai qu'en nous, l'homme ancien est parfois frustré de ce que ces biens ne prennent pas la forme de l'attrait trompeur du péché!
C'est là que nous devons nous souvenir de ce qui est écrit: n'envie pas le pécheur!
Il est vrai aussi que l'enfant est parfois contrarié en nous, de ce que la correction nous redresse tandis que des sans Dieu ne semblent jamais inquiétés... C'est là que nous devons semblablement nous souvenir ce ces paroles tout aussi véridiques (Héb 12):    
Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, Et ne perds pas courage lorsqu'il te reprend;
    Car le Seigneur châtie celui qu'il aime, Et il frappe de la verge tous ceux qu'il reconnaît pour ses fils.


Mais nous avons, dès ici-bas, la consolation d'avoir un Dieu sur qui compter, un Dieu qui ne nous laissera jamais seul --ainsi que le dit le psaume (23):
    L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien.
    Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles.
    Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom.
    Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent.
    Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde.
    Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours.


Et si nous voyons encore ici-bas comme à travers un miroir, si le Seigneur est présent avec nous par des moyens comme Sa Parole, ses Sacrements, etc. si nous n'avons ici-bas "que" des arrhes, des gages de la Vie éternelle et bienheureuse, nous savons que nous disposerons, dans l'éternité, de tout cela, pleinement et directement, ainsi qu'il est écrit (Apoc 21):

    Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n'était plus.
    Et je vis descendre du ciel, d'auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s'est parée pour son époux.
    Et j'entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.
    Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.
    Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit: Écris; car ces paroles sont certaines et véritables.
    Et il me dit: C'est fait! Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l'eau de la vie, gratuitement.
    Celui qui vaincra héritera ces choses; je serai son Dieu, et il sera mon fils.
    Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.


Amen