vendredi 18 septembre 2015

Crise des migrants: quelques remarques

Devant la crise migratoire à laquelle sont confrontés les États européens * de nombreuses organisations et structures religieuses, notamment protestantes, évangéliques, etc., ont publié des communiqués dans lesquels elles prenaient catégoriquement le parti d'une certaine orientation, en matière de politique d'accueil. 

La vocation du Blog Chrétien Protestant ne consiste pas d'abord à faire de la politique, mais bien à partager et défendre la vraie foi.
Néanmoins, pour qu'on ne nous accuse pas un jour d'avoir gardé le silence devant des tentatives de récupération et d'instrumentalisation de la Parole de Dieu, nous souhaitons, en cette heure grave, rappeler quelques points trop souvent passés sous silence.

1. La conscience du Chrétien étant purifiée par le sang du Christ, par la foi seule, le croyant est et doit être un homme libre.
Libre, notamment, d'apprécier et de juger de toute opinion et de tout discours ambiant.

2. Pour engendrer de tels croyants, la chaire pastorale doit être le lieu où sont prêchés la Loi et l’Évangile. C'est donc un horrible détournement de se servir d'un tel lieu pour relayer la parole d'organisations et de partis de nature politique.
De même, parce que les évêques (surveillants) ont un ministère dans l’Église,  il est souhaitable, selon l’Écriture (1Corinthiens 5, 12-13), qu'ils se chargent de faire respecter l'ordre chrétien dans ces Églises dont ils sont ministres (en condamnant publiquement les apostasies comme celle du synode de Sète, le 17 mai 2015) avant de sermonner des Républiques qui ne se prétendent pas chrétiennes.

3. La Justification est distincte de la Sanctification; elle ne doit cependant pas en être séparée. C'est ainsi que le Chrétien doit vivre en aimant Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de toute sa pensée et, son prochain, comme lui-même.
Cet amour ne saurait se réduire à des prescriptions légalistes ou à des solutions toutes faites, bien que, pour s'aider, le Chrétien puisse chercher des indications dans la Loi (3e usage de la Loi). 

4. Cette Loi ne doit pas être lue de façon partielle et, donc, partiale. Aussi faut-il se souvenir, par exemple, que Dieu, dans Sa Loi, prescrit à son peuple d'accueillir l'étranger tout en rejetant le culte étranger - qui n'a pas droit de cité parmi ses enfants. De même, que son peuple ne doit pas s'allier aux nations idolâtres. Gommer tel aspect de la Parole au profit de tel autre ne peut mener qu'à des dangers, surtout dans des nations et même des communautés ecclésiales déjà trop enclines au relativisme et au syncrétisme *.

5. Sans doute l'amour du prochain implique-t-il l'hospitalité, notamment envers l'étranger. Cela exclut les expressions de haine, de xénophobie et de mépris dont le monde a été témoin *.
Mais nous refusons de taxer de xénophobe et de déshumanisant un État qui, ayant le souci de ne pas négliger ses propres ressortissants, s'interrogerait sur ses réelles capacités à recevoir des personnes étrangères en grand nombre .
 
6.  De même, les États et les responsables politiques peuvent et doivent adopter les mesures nécessaires au maintien du bon ordre et de la paix publiques *. En encadrant ainsi leur politique d'accueil, ils doivent aussi veiller à lutter contre des mafias qui profitent de la misère humaine et ne pas donner satisfaction aux potentats qui veulent - sous le masque de la charité! - détruire le modèle social de leur pays pour disposer d'une armée de serfs corvéables à merci.

7. Ces mêmes États devraient agir en considérant qu'ils ne sont pas simplement confrontés à une crise humanitaire mais qu'ils sont en guerre contre un ensemble d'ennemis qui revendiquent l'application de la charia islamique dans le monde. Il convient donc d'agir avec la plus grande prudence devant le phénomène de foules islamiques, qui ne renient rien de leurs croyances (voir, notamment, Coran 3. 110) et qui sont massivement déplacées vers nos pays, avec un soutien logistique de régimes notoirement connus pour leur application et promotion de la charia *.

8.  A ce sujet, certains ont fait valoir que ces déplacements de populations étaient une grande opportunité de les évangéliser *.
Outre le fait que ceux qui disent cela sont les mêmes qui n'évangélisent pas leurs voisins et laissent leurs Églises dériver vers la perdition, il faut prendre garde à ce que ce phénomène ne se transforme pas surtout en de fausses conversions aux motivations tout à fait profanes (obtention du titre de réfugié) mettant en péril la cohésion et la bonne santé des Églises - ou de ce qu'il en reste...



Conclusion:

Dans cette affaire, nous n'entendons pas dicter de positions toutes faites aux fidèles. Nous n'entendons pas non plus nous substituer au législateur ou agir en lobby. Nous estimons seulement devoir rappeler que l'enfer étant pavé de bonnes intentions, la crise en question ne peut manifestement pas se résoudre par des actes de générosité individuelle, par de bons sentiments ou par des utopies et que les décisions politiques doivent être sérieusement pesées *. Leur but ne doit pas consister à subir une situation et soigner ses effets, mais à prévoir, et apporter des solutions efficaces aux causes des problèmes qui se posent à eux.
Nous considérons que chaque Chrétien doit (en son âme et conscience, devant la Parole de Dieu) se positionner et agir avec foi et charité. Or la charité n'est pas une émotion éphémère et orientée par les médias: elle doit être profonde, ferme et raisonnée en vue du Bien commun et de la Gloire de Dieu.

Nous invitons donc à prier:
- Pour que les malheureux et les déshérités, notamment étrangers, trouvent, là où ils se trouvent, un réel secours dans leurs besoins spirituels et corporels.
- Pour que les Chrétiens se montrent des témoins fidèles de l'amour de Dieu, soucieux des intérêts légitimes de chacun, loin de toute influence mondaine et désordonnée.
- Enfin, pour que les États et dirigeants agissent avec sagesse et n'omettent pas de mener leur mission, avec sérieux et détermination (Romains 13).

L'équipe du blog.

___________________________


Notes (*):

Introduction: Malgré leurs capacités d'accueil (3 millions de places disponibles à Mina en Arabie saoudite) et leur évidente proximité (géographique, religieuse, culturelle et même juridique) d'autres pays ne sont, étrangement, pas montrés du doigt comme "responsables" du sort de leurs voisins.

§ 4: ainsi, par exemple: http://www.france24.com/fr/20140622-berlin-premiere-eglise-mosquee-synagogue-lieu-culte-trois-religions-allemagne/

§ 5:  Le croche-pied d'une journaliste hongroise sur un migrant portant son enfant dans ses bras peut sans doute en être le symbole le plus consternant. 

§ 7: L'Arabie saoudite, dont nous avons dit qu'elle refuse d'accueillir des migrants et réfugiés malgré ses moyens logistiques et financiers, propose en revanche à l'Allemagne de financer 200 mosquées sur son sol, pour ses coreligionnaires...

§ 6: A ce titre, ils doivent aussi accorder une attention toute particulière au risque d'infiltration de jihadistes infiltrés parmi les migrants.

§ 8: Angela Merkel a ainsi appelé son peuple à partager sa foi chrétienne avec les migrants. 

Conclusion: Il semble aventureux, par exemple, de changer de politique sur les quotas migratoires en une semaine, selon l'émotion suscitée par une photographie, aussi dramatique soit-elle. 

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonne réflexion calme et sereine et qui nous aide à comprendre ce qui se passe avec un regard biblique mature.
Merci.
F et M

Anonyme a dit…

La meilleure solution serait de rétablir les anciens empires coloniaux, de la façon suivante: de même que le Canada fut une entité autonome non souveraine, entre 1867-1931, dont les lois pouvaient être désavouées par Londres, de même les anciennes colonies originaires des migrants. De sorte que, les potentats de ces pays auraient les mains liées pour opprimer leurs peuples, lesquels pourraient se développer sous le pouvoir tutélaire des métropoles. Sinon, seul le refoulement des migrants peut mettre fin à cette invasion, puisque l'immigration n'est pas un droit mais un privilège, à moins de nier la souveraineté des États. Or, cette négation mène directement à la guerre...

Anonyme a dit…

Oui, anonyme de 07.31 H. Nous y allons, directement, vers ce genre de guerre que vous suggérez. Cependant, le Seigneur parle jusqu'au bout, dans Sa Parole, et dans l'Apocalypse, "de toutes langues, de tous peuples, de TOUTES NATIONS...". Nous pouvons croire qu'Il maintiendra ces nations, tant que Son Plan Souverain ne sera pas terminé pour cette terre. F et M