mercredi 5 août 2015

Annotations sur le Credo (9)


Nous croyons en un seul Seigneur, Jésus-Christ.


L'acteur Louis de Funès a dit que "Jésus était le compagnon radieux de mon enfance, c’est le compagnon radieux de ma vie professionnelle et de ma vie tout court".
C'est une belle déclaration, dont nous espérons qu'elle devienne une réalité pour le plus grand nombre de nos contemporains. Car Jésus-Christ n'est pas seulement le personnage le plus important de l'histoire humaine (au centre de nos calendriers!) il est aussi le bon berger, le sauveur de ceux qui se confient en Lui!

Le doux nom de Jésus-Christ contient déjà tout un programme et nous parle de sa personne et de son œuvre:
Jésus, qui vient de l’hébreu "Yéhoshuah" et signifie "Dieu sauve". 
S'il est vrai que, comme en témoigne le nom de Jésus, Dieu est LE sauveur, et que Jésus est LE sauveur, c'est parce que Jésus n'est autre que Dieu, ainsi qu'en témoigne cet autre nom qui lui est associé: Emmanuel, et qui signifie: Dieu avec nous (Esaïe 7, 14).
C'est pourquoi nous croyons "en" Jésus, tout comme nous avons dit croire "en" Dieu le Père.
Christ vient du grec "kristos" et traduit le mot hébreux qui a donné le mot "messie". Cela signifie, à proprement parler "celui qui a été oint" car on oignait d'huile les prêtres et les rois. 
Christ, ou messie, sont donc des titres plus que des noms. Ils sont attribués à Jésus parce qu'il est le messie, l'oint promis par Dieu dans l'Ancien Testament. L'onction qu'a reçue Jésus, Sauveur de l'humanité, n'est pas une onction d'huile ordinaire, mais du Saint Esprit qui est descendu sur lui à son baptême, par Jean Baptiste, dans le Jourdain.
Or, que Jésus ait reçu l'onction implique qu'il est un homme: ce thème de la double nature du Sauveur de l'humanité sera repris plus en détails dans les annotations suivantes.
Ce Jésus-Christ, disons-nous, est le seul Seigneur. 
Tout au long de l'histoire, de nombreux hommes ont tenté de se faire seigneurs: les empereurs romains, qui persécutaient les chrétiens, ou, plus récemment, dans l'Allemagne nazie, où il a été nécessaire de rappeler, contre les prétentions totalitaires, que Jésus est le seul Seigneur (synode de Barmen, 1934).
Si Jésus est le seul Seigneur, c'est aussi que seule Sa Parole doit faire autorité dans Son Église: une Église qui se prendrait elle-même pour le Seigneur en prétendant redéfinir la Loi ou l’Évangile, serait une manifestation de l'Antichrist (2 Thessaloniciens 2, 4).
Tel a été le cas, par exemple, de l’Église Protestante Unie de France, lorsque son dernier synode national (17 mai 2015) s'est permis de rendre possible la bénédiction de ce que le seul Seigneur condamne en Sa Parole.
Mais la manifestation la plus aboutie, la plus grave de cet esprit d'opposition au seul Seigneur reste encore sans doute la papauté de Rome qui s'est élevée (et continue de s'élever) contre le pur Évangile et qui conspire pour détourner les hommes de Jésus-Christ.

Bucer
 


Aucun commentaire: