jeudi 30 juillet 2015

Foi chrétienne et baptismale

En tout état de cause, la Foi catholique, c'est, je le répète, la Foi en Jésus-Christ, tel qu'attesté par la Bible (T.O.B) et formulé par le Symbole de Nicée-Constantinople (C.O.E). Cette Foi est catholique (kata=selon, holos=totalité), car elle seule a été crue par tous, toujours et partout, selon la règle de saint Vincent de Lérins, conformément à Ac.5/33-42, Héb.13/8-9 et Jd.3, entre autres.
La question subsidiaire est de savoir qui a approfondi la Foi et qui a rajouté à la Foi commune?...
A ce titre, tout le débat tourne autour de l'article baptismal du credo:" Nous reconnaissons UN baptême pour la rémission DES péchés" . Il fallait expliquer comment la rémission des péchés pouvait se concevoir APRÈS le baptême, sous risque soit de sombrer dans le désespoir, soit de reculer le baptême "in articulo mortis".
1-Les romains, arguant du caractère ministériel de l'acte baptismal, en vertu de Jn.20/22-23, Mt.16/13-19 et Mt.18/15-20, ont élaboré une doctrine pénitentielle contestable.  
A-(salut=clergé)
2-Plus sérieusement, les byzantins, comprenant l'acte baptismal comme geste liturgique, l'ont couplé avec la sainte communion, conçue selon une perspective à la fois eucharistique et pénitentielle, conformément aux paroles d'Institution du saint sacrement. (Luc.22/14-20, I Cor.11/23-26). 
B-(salut=liturgie)
3- Enfin les confessants, se basant sur le témoignage de deux épitres  ENTIÈRES, Romains et Galates, ont réellement saisi que le baptême, n'étant pas un bain ordinaire mais un témoignage trinitaire de salut, s'accordait avec la communion, pour annoncer le salut par la foi seule en Jésus-Christ. De sorte, qu'il pouvait bien n'y avoir qu'UN baptême pour la rémission DES péchés (de toute la vie, ante et post baptismaux), l'Évangile de la grâce demeurait toujours disponible, dans la communion ou de façon générale (Jn.3/16=quiconque), suivant en cela saint Augustin, en son traité "De nuptiis et concupiscentia". Ainsi, un seul baptême pour la rémission des péchés se comprenait comme l'offre, une fois pour toutes, de façon irrévocable, de l'Évangile du salut, présentant Jésus-Christ, comme seul sauveur, seul source du pardon des péchés, reçu par la foi seule, en une dimension pénitentielle viagère (immersion baptismale=contrition, émersion=foi). 
C-(salut=évangile)

Alors, qui rend le mieux justice à l'article baptismal du credo?

Athanasius

Aucun commentaire: