jeudi 27 novembre 2014

Eglise Protestante Unie de France et bénédiction des couples de même sexe


Nous avons quelques nouvelles des synodes régionaux de l’Église Protestante Unie de France (EPUF), concernant la question des bénédictions des couples de même sexe...

L'Apôtre Paul a-t-il discuté fraternellement avec les judaïsants qui égaraient les galates?
Cyrille d'Alexandrie a-t-il discuté cordialement avec Nestorius?
Luther s'est-il amusé à coller une pastille verte ou orange sur les insanités de Carlstadt, pour avoir un débat "démocratique"? Non. Ce genre de scène surréaliste ne se produit manifestement que dans des clubs tellement ravagés par le modernisme et le relativisme que l'on ne s'inquiète pas de savoir si les âmes vont ou non être exposées aux choses à cause desquelles la Colère de Dieu frappe les hommes (Éphésiens 5, 5-7).

Pour la suite, que se passera-t-il si l'EPUF adopte une telle mesure?
Certains quitteront peut-être son sein pour rejoindre des communautés disparates.
D'autres se satisferont sans doute de ce qu'une clause leur permette de ne pas célébrer eux-mêmes pareilles unions...

Voici pourquoi ces deux attitudes ne seront pas bonnes:

La première ne sera pas satisfaisante, parce qu'elle constituera une échappatoire, une médiocre gestion des effets de la catastrophe, sans penser véritablement aux causes, aux racines du mal: Comment en est-on arrivé là? 
Car, vraiment, il existe une nécessité du repentir (non seulement individuel, mais aussi collectif!) engageant à un retour à la foi traditionnelle et à l'édification d'une Église fidèle à la Parole de Dieu.

La seconde attitude sera indigeste, parce qu'elle ne sera évidemment pas une autre attitude que celle de Ponce Pilate, se lavant les mains du sort de Jésus-Christ (une attitude qui semble avoir son succès dans l'EERV dont nous avons eu à parler il y a quelques mois).

Pour conclure: la pénitence -- pour avoir si longtemps toléré la dynamique de l'erreur (= ouverture aux unitariens, cathares, etc!) -- est et sera la seule base possible pour une Église réformée, qui doit toujours se réformer selon la Parole de Dieu. De cela, croyons-nous, il devra découler (à moins de vouloir que les 500 ans de la Réforme ne soient sa tombe) une réaffirmation et un réalignement sur le témoignage de nos pères dans la foi, témoignage dont nous sommes convaincus qu'il est conforme à la Parole de Dieu et utile au bon ordre.

Bucer



1 commentaire:

Anonyme a dit…

Même selon une perspective très modérée, "barthienne", l'EPUF serait obligée de confesser la Foi de toujours, le Symbole inaltéré de Nicée-Constantinople (381), comme témoignage irréfutable, rendu à J-C, unique Parole de Dieu révélée (Ac.5/33-42, Jd.3, Héb.13/8-9).

A ce titre, il serait difficile de prôner une morale non-traditionnelle, en tant que convenable, pour tout disciple de Celui qu'on a reconnu comme étant la Voie, la Vérité et la Vie, selon le Symbole. De sorte que, les tenants de la bénédiction des unions gayes ne sont pas de chrétiens mais des gnostiques, à exclure immédiatement de l'Église, si Église il y a encore..