vendredi 17 octobre 2014

Blasphème?




La peine de mort vient d'être confirmée pour Asia Bibi, Chrétienne pakistanaise, mère de cinq enfants, accusée d'avoir insulté la religion islamique.

Cette actualité nous ramène à beaucoup d'autres du même genre et nous oblige à dire quelques vérités, pour le salut du plus grand nombre.

1) Au chapitre spirituel: qui est blasphémateur?

Cette affaire de blasphème, puisqu'elle est grave à double titre (elle met en cause l'honneur de Dieu et la vie d'une femme!) nous oblige à nous demander, qui est blasphémateur?

D'un côté, nous avons les chrétiens qui, fondés sur l’Écriture sainte, affirment que Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, est mort et ressuscité pour le salut de quiconque croit.

De l'autre côté, nous avons des musulmans qui, obligés de constater ce fait, en sont rendus à accuser les chrétiens et les juifs d'avoir falsifié les textes, de telle sorte que la vraie Parole de Dieu (jadis donnée dans ces textes) aurait été perdue.
Mais, bien qu'ils croient accuser les juifs et les chrétiens, les musulmans accusent en réalité Dieu, qui aurait été incapable de préserver Sa Parole, contrairement à Ses propres promesses!
Ceci, assurément, constitue un blasphème si exécrable qu'il leur vaudra, dans l'éternité (et pour l'éternité!), un sort tel qu'ils préféreraient être Asia Bibi, ici-bas.



Et c'est pourquoi nous disons aux captifs du mensonge islamique: croyez en Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, pour être sauvés! 

Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
(Jean 3. 16)


2) Au chapitre temporel: l'islam est-il pacifique?

L'affaire de Mme Asia Bibi fait un étrange écho à l'actualité mondiale: alors que l'écrasante majorité des états musulmans fait preuve d'intolérance, de persécutions, de brutalité, etc., un peu partout aussi, on nous dit que "ce n'est pas ça, l'islam".
Pour soutenir cette thèse, on fait valoir que, après tout, le christianisme a aussi connu son lot de persécutions, de guerres, etc. Or, en quel honneur le wahhabisme serait-il plus représentatif de l'islam que l'Inquisition, du christianisme?
C'est ignorer que, selon le coran, il n'y a sans doute pas de meilleur représentant de ce qu'est un musulman que le prophète Mahomet:

Alcoran, 33. 21:
En effet, vous avez dans le Messager d'Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment.

Tandis que, dans la sainte Écriture:

1 Pierre 2: 21-23:
Et c'est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces (...) lui qui, injurié, ne rendait point d'injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s'en remettait à celui qui juge justement...


Pour que les deux religions soient équivalentes, encore faudrait-il que les personnalités et œuvres de Jésus et Mahomet le soient.
Or il n'en est rien. Malek Chebel, champion de "l'islam des lumières", a lui-même pudiquement confessé la différence, en indiquant que l'islam est une religion "plus virile" (sic!) que la foi chrétienne.

La force de Jésus, mais c'est aussi son talon d'Achille, est d'avoir promu une religion de bonté, de miséricorde, mais aussi de souffrance. On te frappe la joue, tu tends l'autre. C'est une religion compassionnelle.


Certes, on pourrait donner des exemples concrets de cette "virilité" de Mahomet. Par exemple, alors que Mahomet vivait encore à la Mecque (période de sa vie réputée la plus douce!), un certain 'Uqba ibn Abû Mu'it l'outragea.
En réponse, le prédicateur de la nouvelle religion se tourna vers lui et lui lança froidement:
"Si je te trouve hors de la Mecque, ce sera pour te trancher la tête d'un coup de sabre!"
(Mahmoud Hussein, Al Sîra, tome 1, page 466)

Menace qu'il mit à exécution lorsqu'il en eut les moyens, une fois exilé à Médine.  


Mahomet ou Jésus?

On pourra peut-être nous dire que Mahomet ne fut, finalement, pas un exemple aussi parfait (et surtout pas universel) qu'on pourrait le croire, en lisant le coran...
Après tout, contrairement à Jésus-Christ, des versets sataniques ne sont-ils pas sortis de sa bouche impure?

Mais ici se pose la question de savoir ce que vaut ce soi-disant prophète suprême de l'humanité et cet exemple dont les actes sont susceptibles d'être finalement peu exemplaires?
De sorte que toute la supercherie mahométane s'effondre et laisse paraître l’œuvre d'un blasphémateur narcissique entièrement opposé à la Parole de Dieu.

Bucer


Aucun commentaire: