mercredi 19 février 2014

Un blog protestant?


Petite retranscription d'un entretien récent, qui pourra aider à faire comprendre notre démarche, sur ce blog (d'autant que ce sont des questions qui reviennent souvent)...

Dans le fond, quel est le but de ce blog? 

Il s'agit tout simplement d'éviter aux âmes d'être ballotées à tout vent de doctrines, en rappelant que, contrairement à la légende savamment entretenue par tous ceux qui y ont un intérêt, le protestantisme n'est pas une galaxie de sectes ou de communautés qui se contredisent. Inutile de courir à droite et à gauche en cherchant anxieusement qui a raison entre pentecôtistes, baptistes, méthodistes ou adventistes: tenez-vous en à l’Évangile!

Comment ce message est-il reçu?

Certains applaudissent, d'autres grincent des dents. Il faut dire que si l'on est pasteur ou membre d'une église qui est bien décidée à imposer ses vues particulières (parler en langues, baptisme, sabbatisme, etc.) coûte que coûte, il peut sembler détestable d'entendre dire que ces choses sont des fadaises  et qu'il faut se contenter de l’Évangile.  
C'est ainsi. Il y a des gens pour qui le plus important est leur droit de constituer des Églises (dont la doctrine porte leur signature intellectuelle) et tant pis pour les conséquences. Sur ce blog, nous pensons au contraire qu'il faut d'abord considérer le droit des frères à s'édifier paisiblement dans le pur et simple Évangile et nous le faisons savoir en des termes clairs (Romains 16: 17, etc.)


Selon certaines personnes, il ne faut pas se soucier du morcellement des "dénominations": ce qui nous uni demeure plus grand que ce qui nous divise!

Ah oui? Bon, alors, puisque ce qui nous divise est aussi insignifiant qu'incertain, pourquoi ne pas laisser ces choses de côté? Pourquoi persister à créer des Églises qui professent officiellement ces opinions particulières? Pourquoi semer la zizanie en ne se contentant pas du "patrimoine commun"?
C'est un peu facile de faire n'importe quoi et de se donner bonne conscience, ensuite, par de jolies phrases toutes faites...


Condamner ainsi les particularismes des autres, n'est-ce pas oublier qu'un blog attaché à la Confession d'Augsbourg est aussi un blog qui a ses particularismes (ceux de la Confession d'Augsbourg!)?

Pas si l'on observe le déroulement des évènements. Il y a une Église qui a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême. 
Du cœur de cette chrétienté, la Confession d'Augsbourg a réaffirmé la vérité du salut par la foi seule. Et cela, elle l'a fait (comme il ressort de sa lecture) avec un irénisme et une prudence remarquables.
Les autres mouvements ont agi bien différemment: ne revendiquent-ils pas eux-mêmes le fait d'être allés "plus loin" qu'un Luther ou un Melanchthon?  Seulement nous aimerions comprendre d'où leur est venu ce besoin d'aller "plus loin" (que l'affirmation du sola fide). 
Et surtout: "Plus loin", ça veut dire jusqu'où? Et sur quelle base? Pourquoi ceux qui veulent aller plus loin finissent par tous se contredire? Serions-nous prudent, alors, de les suivre? Beaucoup de questions auxquelles on ne nous donne pas de réponse bien solide...


L'irénisme de la Confession d'Augsbourg ne pourrait-il pas être appliqué aux dénominations en question?

Cet irénisme visait à éviter tout schisme, pas à cautionner les schismes existant ou ceux à venir.
A ceux qui voulaient aller plus loin, la réponse a toujours été celle d'un Luther face à Zwingli, à Marbourg, en 1529...


Mais, justement, nous ne sommes plus en 1529! Une telle vision n'est-elle pas aussi anachronique que naïve?
  
Nous ne sommes pas tournés vers le passé. Nous regardons devant mais (à la différence de beaucoup) nous n'oublions pas ce qu'il y a derrière nous.
Après, pour ce qui est de nos "chances" de nous faire entendre, cela n'est pas de notre ressort. Mais une chose est sûre: moins il y aura de voix pour crier dans le désert, et moins le peuple entendra. Pour l'instant, nous crions et nous semblons être bien seuls. Les sectateurs de toutes sortes, en revanche, remplissent les stades. 
Mais pour combien de temps?...
Les modernistes tiennent les temples; mais, là aussi, pour combien de temps?
Dieu seul le sait. Pour notre part, si nous prions pour un grand Réveil, nous ne pouvons pas, dans le même temps, cacher nos convictions et notre assurance ou renoncer à témoigner...


Crier dans le désert... N'y aurait-il pas mieux à faire? D'autres causes?

C'est un problème. De même que, tous les quatre ans, il y a plein de Français qui se sentent très préoccupés par les élections aux USA (alors que c'est à peine s'ils votent ici!)  il y a aussi des chrétiens qui militent à fond dans des causes "profanes" (depuis les causes les plus louables jusqu'aux plus délirantes) mais qui ne se sentent pas plus concernés que ça par l'état de l’Église et par le scandale (auquel ils participent bien souvent) de la fragmentation infinie de celle-ci.
Pour nous, il y a plein de belles choses à faire et de luttes à mener dans ce monde (pour faire reculer la misère, les maladies, les guerres, etc.) mais la plus grande de nos préoccupations ne peut être que la maison de Dieu.


Bucer

Aucun commentaire: