mercredi 15 janvier 2014

Dieudonné, Jésus et l'Islam


L'épisode Dieudonné M'Bala M'Bala a récemment marqué l'actualité et notre vocation n'est ni de jouer ses accusateurs, ni ses avocats, même s'il n'est pas inutile de rappeler que le Chrétien doit prendre garde à ses paroles et ne pas prendre plaisir aux propos choquants, amers et/ou irrespectueux (Éphésiens 5: 4 // Matthieu 12: 36, etc.)   
Nous n'avons pas non plus vocation, sur ce blog (consacré à la foi chrétienne) à indiquer la solution juridique qui nous semble la plus judicieuse et acceptable dans un État de droit.

Il existe cependant un autre sujet sur lequel cette personne a pris la parole et sur quoi nous devons répondre ici. Il s'agit de ses appels lancés aux chrétiens du monde entier de se convertir à l'Islam (entrevue où il accuse aussi "le sionisme" [= idéologie née au XIXe siècle] d'avoir tué Jésus [au premier siècle...], sic!) et de ses affirmations selon lesquelles "Jésus et l'Islam" formeraient "la même chose"... (à 15'10)
Or, la vérité est que Jésus a été mis à mort pour avoir agi et parlé comme l'égal de Dieu (Marc 2: 5-7 // Matthieu 27: 63-66 et parallèles // Jean 5: 18; Jean 8: 58-59 [comparer avec Exode 3: 14] // Jean 10: 30-31 // Jean 19: 7, etc.)
Et cet article de la divinité du Christ, Mahomet l'a réprouvé avec autant d'énergie que ne l'a fait Caïphe (Coran 5: 17).
D'ailleurs, il semble que Mahomet a même nié la crucifixion du Sauveur (Coran 4: 157), crucifixion sans laquelle il ne saurait (logiquement) y avoir de Résurrection ni, donc, de salut (1Corinthiens 15: 3-4 // Romains 4: 25 // 1Corinthiens 15: 17, etc.)
Est-il nécessaire de rappeler que, lorsque Pierre, dans ses pensées encore toutes charnelles, voulait écarter l'hypothèse d'un Christ crucifié et ressuscitant le troisième jour, le Christ lui répondit:
 Arrière de moi, Satan! tu m'es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes!
(Matthieu 16: 21-23)

Voilà maintenant la belle unité entre Jésus et Islam: elle est nulle.
En revanche, il existe une unité fondamentale entre talmudistes et musulmans, tout comme une telle unité fondamentale existe entre tous ceux qui ne discernent pas la divinité du Christ (Luc 23: 12) et trouvent refuge en un "dieu" qui n'est pas le Dieu vivant, mais plutôt l'Idée, la représentation mentale qu'ils se font du principe premier de l'univers. Bref: une idole muette, incapable de sauver, et non Dieu, qui est Père, Fils et Saint Esprit (Matthieu 28: 19 // 1Jean 4: 8 // Jean 3: 35 // Jean 14: 31 // 1Jean  2: 23, etc.)


Bucer

Aucun commentaire: