vendredi 28 juin 2013

Miracle eucharistique?



"Miracle! Miracle!" nous dit-on. Il y a une quinzaine d'années environ, se serait produit, du côté de chez Monsieur Bergoglio, la transformation d'une hostie en substance saignante. Preuve d'une présence statique du Christ sous des apparences de pains, nous assure-t-on!
Car, figurez-vous que des tests scientifiques, menés de la façon la plus rigoureuse au monde, prouveraient le prodige! De là à regretter que le Chevalier de La Barre ne soit pas présent pour constater les faits, il n'y a sans doute qu'un pas...
Mais, au fait, qu'est-ce que le pauvre homme aurait bien pu constater, vu que toute cette histoire a été tenue secrète pendant tout ce temps et qu'on ne se propose pas de refaire "d'examens scientifiques" en pleine lumière, avec des huissiers bien calvinistes?
Il ne suffit pas, en effet, de nous présenter des photographies d'hosties tartinées à la gelée de myrtilles pour emporter notre adhésion.




Certes, si de nouveaux tests devaient démontrer un phénomène inexpliqué, nous serions obligés de reconnaître un prodige; mais un prodige de cette sorte ne prouverait rien, puisque les sorciers de pharaon en étaient capables (Exode 7: 22).
En attendant, toutefois, cette histoire ne peut être considérée autrement que comme une misérable légende urbaine employée, notamment, pour sacraliser l'image de l'actuel pape de Rome (ce qui ne sera pas de trop, vu la concurrence que se propose de lui faire le pape de la secte rivale).

Or, chers lecteurs, vous vous doutez bien que malgré l'approche des vacances, nous ne parlons pas d'une légende urbaine juste pour le plaisir...

Voyons donc brièvement pourquoi cette histoire de miracle eucharistique ne tient pas la route et est contraire à la Parole de Dieu: c'est que, comme l'indiquent les Paroles d'institution de la Cène (prenez, mangez, ceci est mon corps) ainsi que la nature des éléments employés pour la célébrer (pain/vin) Jésus Christ a institué ce sacrement afin qu'on l'y trouve, non pas comme un objet à contempler, mais comme aliment à manger. Il est là comme aliment de l'âme, non comme tour de magie pour la photo.
Or, à moins que Monsieur Bergoglio n'accepte de manger ces semi-espèces * miraculées, ce prodige est tel qu'il interdit la consommation des éléments sacramentels, c'est-à-dire qu'il contrevient à la finalité et, donc, à l'accomplissement du sacrement. Mais en dehors de l'usage du sacrement, pas de sacrement; donc, évidemment, pas de présence non plus.

Ainsi, cette lourde imposture doit être dénoncée et condamnée comme visant, purement et simplement, à remplacer le sacrement évangélique (être nourri du Christ) par le sacrement papiste (pratiquer l'artolâtrie, en plus de la cardiolâtrie, de la xylolâtrie, etc.)

Bucer


________
* Ce qui invalide donc en grande partie le dogme de la transsubstantiation qui consiste justement en ce que les espèces du pain (et du vin) demeurent miraculeusement malgré le changement de substance...

2 commentaires:

Théodore a dit…

ATTENTION : CECI N'EST PAS UN COMMENTAIRE PRO-PAPISTE.

Je ne voudrais pas dire, mais ceci n'est qu'un miracle eucharistique comme il y en a eu des centaines, certains examinés par des équipes de scientifiques parfaitement athées.
Les études réalisées ont permis de prouver que'on était bien en présence de chair et de sang, de groupe sanguin AB.
Parfois, le poids de plusieurs caillots de sang était le même que celui de chacun de ces caillots pris individuellement ; et, dans des miracles vieux de dizaines, voire centaines d'années, les analyses au microscope révélaient que les cellules contenues dans la chair et le sang continuaient de se multiplier et de grouiller, comme si la vie était encore présente en eux.

Qu'en penser ?
Il faut bien se rendre compte de ceci : jamais l'on a recensé de tel miracle chez les protestants, y compris confessant une certaine présence réelle au cours de la Cène (luthériens). Il n'y a pas de raison objective à cela, car il serait étonnant que jamais fidèle luthérien n'ait douté au point atteint par les fidèles catholiques ayant bénéficié de ses miracles.
Le problème,si problème il y a, se situe au niveau de la validité du sacrement

Admettre que ces miracles viennent de Dieu, c'est reconnaître qu'il n'en a jamais envoyé chez les protestants confessant Sa présence dans la Cène. Puisqu'il n'y a pas de raison rationnelle à cela, cela nous oblige à une seule conclusion : les eucharisties protestantes ne sont pas valides, et ne l'ont jamais été - y compris dans les confessions confessant la présence réelle. Par voie de fait, seules les eucharisties catholico-orthodoxes seraient valides.
Or, quelle est la source de la validité des sacrement catholiques ? La consécration effectuée par un prêtre validement ordonné dans la Succession apostolique.
Ainsi, dire que ces miracles viennent de Dieu revient à admettre que le prêtre agit "ex persone Christo" durant la consécration des espèces ; ce qui revient automatiquement à lui attribuer un charisme spécial, qui ne peut avoir été reçu que lors de l'ordination sacerdotale. L'admettre, c'est donc dire que, pour avoir un sacrement valide, il faut un prêtre ordonné. Ce prêtre doit être ordonné validement par un évêque, qui lui-même ne tire son pouvoir d'ordonner validement un prêtre que de sa charge de successeur d'apôtre.
Donc, admettre qu'il faut avoir un prêtre ordonné, c'est admettre un charisme spécial de l'évêque, et admettre la Succession Apostolique.

Donc :
- Admettre que les miracles eucharistiques viennent de Dieu, c'est admettre qu'une eucharistie n'est valide que si elle n'est pratiquée par un prêtre ordonné.
- Admettre qu'un prêtre ordonné est nécessaire, revient à admettre le pouvoir de l'évêque et la Succession Apostolique.
- Or, admettre la Succession Apostolique, c'est admettre l'intégralité de l'hérésie "catholique" comme vraie.

Cela est impossible, car c'est une hérésie.
Relevons ne serait-ce qu'une hérésie mineure des catholiques, toujours sur la Cène : dans leur crainte de renverser la coupe du Sang du Christ (ce qui serait, selon eux, catastrophiques ; le sang du Sauveur dans les égouts !), ils en sont venus à ne plus distribuer la Cène au peuple ! Or, il est écrit "prenez, et buvez-en TOUS !". Ainsi que l'avait dit le Christ aux Pharisiens, ils ont "annulé le commandement de Dieu au profit de leur Tradition".

Notre hypothèse de départ mène donc à une absurdité ; les miracles eucharistiques ne viennent pas de Dieu.

Ils viennent donc du Malin ; dont le but est justement de tromper les adorateurs en Vérité, afin qu'en croyant que ces miracles viennent de Dieu, ils embrassent une hérésie.

Ces "miracles", aussi attestés et impressionnants qu'ils soient, sont un piège, quelques en soient les fruits par ailleurs (conversions, etc).

Anonyme a dit…

Que se passera-t-il le jour où une hostie ne sera plus simplement un lambeau de chair saignant, mais grossira jusqu'à devenir une personne capable de parler et de dire: "je suis Jésus"?
L'enfermeront-ils dans un ciboire, où préfèreront-ils nous envoyer sur le bûcher au prétexte que leur prodige l'aura ainsi commandé?