mercredi 15 mai 2013

Cours d'auto-défense théologique (3)





Les parties vitales: les dogmes!





Coucou les amis ! C’est encore moi !



Si vous avez lu les messages de cette série depuis le début, vous savez maintenant que le meilleur est de faire simple.

J’insiste là-dessus !

Ne jouez pas les académiciens et surtout (évidemment !) n'employez jamais un argument que vous maîtrisez mal :

-- non seulement cela pourrait se retourner contre vous, mais encore, votre interlocuteur risque de ne pas bien suivre le fil de votre démonstration. Car, en définitive, quand bien même vous seriez un Jean Calvin en herbe (bravo!), vous n'avez en face de vous qu'un simple mortel (lol).



Voyons à présent notre « leçon » du jour:

 Face à un hérétique qui cherche à vous "convertir", vous êtes en train d'affronter un suppôt de Satan qui veut tuer votre âme.

Dans ces conditions, prenez garde à ne pas vous disperser. Votre but est de protéger vos organes vitaux, à défendre le dogme, ce qui est essentiel au salut. On ne doit discuter de rien d'autre!



Si votre interlocuteur pense qu'il y aura 144.000 personnes au ciel, c'est n'importe quoi, mais ce n'est pas de ça qu'il faut traiter dans l'immédiat.

Ce vers quoi il faut porter la discussion, l'effort, c'est sur des questions comme la Trinité, l'Incarnation, la Rédemption, bref, sur la question de savoir qui est Jésus-Christ (dans son origine, son être, son œuvre) et pas sur des questions secondaires ou moins graves.

Car c’est de cette question –et de la réponse, de l’acte de foi, qu’on y donne-- que dépend le salut (à C’est sur la foi apostolique relative à Jésus-Christ, qu’est fondée l’Eglise, Église contre laquelle les portes de l’enfer ne prévalent pas !)



Donc, faites simples, et « frappez » là où ça en vaut la peine. Retenez bien cela, ce sera important pour la suite !



A bientôt !

Bucer

Aucun commentaire: