mercredi 24 janvier 2018

Expériences de mort imminente?

Question reçue sur un bien curieux sujet:

Bonjour,

J'ai entendu parler des ''expériences de mort imminente''  (récits de décorporation, vision d'une lumière blanche, sentiment de paix immense, pendant des comas ou quand les gens sont cliniquement morts) et j'aimerais avoir votre avis là-dessus.
Sur internet, il y a des religieux qui pensent que les EMI  sont des rencontres avec Jésus pour donner à chacun une chance de se convertir juste avant de mourir. J'ai d'abord pensé aussi que ça confortait le christianisme, sauf que des "expérienceurs" voient leurs proches décédés au paradis (alors qu'ils étaient athées) et beaucoup restent agnostiques, en tout cas pas chrétiens, après leur vision (ils continuent de ne pas croire en Dieu) et pourtant ils disent que cette expérience a changé leur vie en mieux... Je ne sais plus quoi en penser.

Merci,

Emilie.
 +   +   +



Bonjour Émilie, 

Il convient d'aborder un tel sujet en prenant soin de rester fidèles aux Écritures saintes, sans laisser des sources extérieures impacter notre foi.
A ce titre, la confession historique du Protestantisme Français, la Confession de La Rochelle (article 5) est claire: "... ni l'antiquité, ni les coutumes, ni la multitude, ni la sagesse, ni les jugements, ni les arrêts, ni les édits, ni les décrets, ni les conciles, ni les visions, ni les miracles ne doivent être opposés à cette Écriture Sainte (Mt 15.9; Ac 5.28-29). Ainsi au contraire toutes choses doivent être examinées, réglées et réformées selon celle-ci (1 Co 11.2, 23)".
Que nombre "d'expérieuceurs" continuent d'être agnostiques et n'identifient même pas la "lumière" dont ils parlent au Dieu Biblique, cela laisse envisager que, au moins dans leur cas (ce n'est pas leur faire insulte que de les prendre au mot) ils ont peut-être effectivement vu autre chose (2 Corinthiens 11: 14// cf. 2 Thessaloniciens 2: 10-11, etc.)
Sans doute pourrait-on formuler d'autres hypothèses, mais celle-ci suffit à nous montrer combien incertains sont les témoignages fondés en dehors des Écritures.

Or les Écritures enseignent que Christ est mort et ressuscité pour sauver son peuple (Matthieu 1: 21); que le Seigneur appelle efficacement ses élus par l’Évangile, qu'il leur donne par ce moyen la foi salutaire et la persévérance finale dans la foi, de sorte que "celui qui aura cru et aura été baptisé sera sauvé, mais celui qui n'aura pas cru sera condamné" (Marc 16: 16).
Enfin, il apparaît que la Bible ferme l'hypothèse d'une conversion post-mortem (Hébreux 9), de sorte que les théories sur une sorte d'épiphanie survenant dans la mort, fondées sur les témoignages d'EMI, ne peuvent pas être considérées comme des pensées théologiques (fondées sur la Parole de Dieu) qu'il serait pieux de croire et/ou de diffuser. Ce sont, plutôt, des formes de concordisme entre les pensées et expériences charnelles, d'une part, et la Parole sure et éprouvée de Dieu, d'autre part.

Une fois admis que la foi ne saurait être impactée ou altérée par ce qui ne vient pas de la Parole de Dieu (qu'il s'agisse des EMI ou autres) il me semble néanmoins possible d'examiner et confronter ces diverses choses (notamment les EMI) pour faire ressortir l'indigence des pensées l'anti-chrétiennes -- qui prétendent s'appuyer sur ces rudiments -- et les confondre.
Voici donc, à titre personnel, quelques éléments de réflexion:

1) Notre monde est dominé par la philosophie matérialiste. Or, depuis l'antiquité (le mythe d'Er, dans la République de Platon, s'en fait l’écho), des milliers de gens témoignent en effet de telles expériences, qui plaident évidemment pour une conception spiritualiste du monde.
De là, la pensée dominante (le matérialisme) conduirait sans doute de dénoncer un mensonge collectif (mauvaise foi des "expérienceurs").
Ce serait dire que des milliers (ou plutôt, sans doute: des millions) des gens, depuis des milliers d'années, dans le monde entier, provoquent quasiment leur décès dans d'effroyables circonstances, juste pour pouvoir raconter ensuite l'anecdote du tunnel et de la lumière...
Dans ces conditions, l'accusation de mensonge ne semble évidemment pas tenir. Surtout: le fait que les matérialistes tentent de donner des "explications rationnelles" aux phénomènes comme les EMI (l'effet des drogues, du stress) suffit à démontrer qu'ils tiennent les "expérienceurs" pour sincères. On suivra donc l'avis de ces rationalistes et l'on tiendra ces récits comme sincères.

2) Que valent les tentatives "d'explications rationnelles" de ces phénomènes?
Vous avez parlé de sensation de décorporation, de visions de lumière, de bien-être, des visions de proches décédés, etc. Rationnellement, on dit que cela peut s'expliquer par la situation de stress, par les drogues reçues par un patient dans le comas, etc. Il me semble que, jusqu'ici, l'explication se tient.
Mais l'objectivité de ces expériences de décorporation semble corroborée par les vérifications suivant ces expériences.
Exemple: Une personne en arrêt cardiaque voit ce qui se produit dans une pièce voisine (ce qui est impossible et qui, à ce stade, peut être considéré comme une hallucination). A son réveil, son récit des évènements est corroboré par des personnes qui étaient physiquement présentes dans l'endroit concerné.
Ici, il semble qu'aucune drogue ne puisse rendre compte du phénomène. Si l'on tient pour acquis que "l'expérienceur" est sincère et honnête (supra: 1), alors, cela indique (à défaut de prouver) que les paradigmes du matérialisme sont faux, puisqu'ils ne permettent pas de rendre compte de cette situation. Mais les EMI, à ce qu'il me semble, n'indiquent rien d'autre.

3) Après avoir ébranlé l'erreur matérialiste par ces mystérieuses "expériences", on peut probablement aussi montrer que les "expérienceurs" eux-mêmes, en résistant à la Vérité Biblique, professent une vision du monde insatisfaisante: tous témoignent en effet de la très grande indigence spirituelle et morale de notre monde, auquel ils préfèrent, sans hésiter, l'au-delà et sa mystérieuse lumière remplie d'un surabondant amour...
Mais puisqu'ils nient le christianisme, sa doctrine du péché originel et, donc, la nécessité d'un Sauveur, on est en droit de leur opposer l'objection par laquelle les athées pensent généralement triompher de notre foi: pourquoi, si une telle lumière existe, laisse-t-elle notre monde dans une telle misère? Pourquoi ne nous couvre-t-elle par de ses rayons, pour faire de notre terre un Paradis?

Quoi qu'il en soit de la valeur de ces éléments de réflexion, j'espère, Émilie, que ma réponse vous aidera en tout cas à vous affermir dans la nécessité de ne rien croire sinon ce qui est enseigné dans les Écritures saintes, la Parole de Notre Dieu.

Bucerian

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Entre les expérience singulières des "réanimés" et l'Évangile universel du Christianisme, le choix logique n'est pas difficile: le général l'emporte toujours sur le particulier. Car, l'individu est contingent, tandis que l'universel, le catholique, est nécessaire. La vérité est plutôt nécessaire, alors que l'opinion est contingente, facultative, par essence...