lundi 30 janvier 2017

Athées, fausse question et vrai problème


On lit dans l’Écriture: "l'insensé a dit dans son cœur: il n'y a point de Dieu", et non: "L'insensé a pensé dans son cœur"; si bien qu'il se le répète par cœur en lui-même plutôt comme une chose qu'il souhaite qu'une chose qu'il puisse croire pleinement et dont il soit persuadé; car nul ne nie l'existence d'un Dieu hors ceux qui ont intérêt qu'il n'y en ait point.
La meilleure preuve que l'athéisme est plutôt sur les lèvres que dans les cœurs est que les athées n'arrêtent point de parler de leur opinion, comme s'ils mollissaient au fond d'eux-mêmes et seraient heureux de se voir renforcer par l'adhésion d'autrui.
Francis Bacon, Essais, XVI - De l'athéisme



Récemment, j'ai échangé avec des athées qui m'ont affirmé que si l'on pouvait leur prouver l'existence de Dieu, ils se convertiraient.
D'où cette série de questions: doit-on s'efforcer de "prouver" l'existence de Dieu? Est-ce que la conversion des hommes dépend de telles preuves?...
Disons-le d'emblée: la réponse à ces questions est "non".
Il n'est pas nécessaire de "prouver" l'existence de Dieu, puisque Celui-ci se rend témoignage au cœur des hommes (même des athées!), lesquels sont incapables de noyer l'intuition qu'ils ont de Lui.
D'ailleurs, Notre Seigneur n'a pas mandaté ses disciples pour qu'ils prouvent son existence mais pour qu'ils annoncent sa bonne nouvelle (Matthieu 28. 19).

Par conséquent, le mieux à faire face à des athées (qui parlent et agissent comme s'ils étaient en mesure de nous tourmenter par leur défiance) est de leur rappeler que la vraie question n'est pas celle (soutenue par des artifices hypercritiques!) de savoir si Dieu existe (pas plus que de savoir si nous sommes dans la matrice, ou si Elvis est bien mort), mais plutôt de savoir ce que Dieu pense de nous et quel bilan il va tirer de notre vie
Qu'est-ce qu'un être parfaitement Juste et Honnête dirait de vous? Et surtout: que dira-t-Il de vous?
Cette question-là se pose au athée comme à n'importe quel être humain, et il convient d'en rappeler l'urgence!

Or, à défaut de prétendre à un bilan parfait, chacun tentera de se convaincre que le bilan est globalement positif.
Globalement positif? Est-il nécessaire de signaler que c'est précisément le genre de bilan le plus douteux qui soit?... Et d'ailleurs, que veut dire "globalement", sinon qu'il s'agit d'une sorte de compote dont les fruits les plus appétissants sont corrompus par les immondices auxquelles ils sont mêlés?
Qui donc prendrait plaisir à une chose aussi nauséabonde?
 
Soyons clairs: le bilan ne sera positif pour personne; aussi faut-il que chacun, désespérant de lui-même, reçoive sa justice du Pardon qui est donné en Jésus-Christ, à quiconque croit en Lui.

Bucerian




Aucun commentaire: