mardi 25 octobre 2016

Défense de l'Amillénarisme Réformé # 10: Une réalisation spirituelle d'Esaïe 65. 17, ss



Précédemment, le Professeur David Engelsma a montré que l'interprétation littérale des prophéties messianiques de l'Ancien Testament mène - sur le plan logique - à des absurdités et, sur le plan théologique, au dispensationalisme, sinon au judaïsme.
Pour nous, l'Ancien Testament doit être lu et compris à la lumière du Nouveau; ainsi, les figures terrestres familières aux prophètes furent employées par l'Esprit du Christ (qui était en eux) afin de dépeindre la gloire spirituelle du Christ et de sa nouvelle création.
Les choses terrestres ne sont (ni ne furent jamais!) la réalité des prophéties messianiques - pas même pour les croyants de l'Ancien Testament, qui étaient exhortés à regarder au-delà de tout; loin s'en faut que nous abaissions là notre regard, nous qui avons fait l'expérience de la Vie du Ressuscité, par le don de l'Esprit de Pentecôte!

Mais il y a encore une chose qui doit être dite sur ce sujet: c'est qu'il n'est pas certain que les Postmillénaristes saisissent à quel point l'idée même de leur splendide royaume terrestre nous laisse indifférents. Il faut donc leur expliquer cela - et ce rappel est l'objet de ce 10e article du Professeur Engelsma.

Supposons en effet que les Chrétien Reconstructionistes, champions du Postmillénarisme, parviennent, par tous leurs efforts, à réaliser leur rêve: le monde entier est gouverné par des chrétiens! Imaginons que les nations accomplissent enfin les plus grandes attentes de KIK, BOETTNER, RUSHDOONY, NORTH, CHILTON et les autres...
Eh bien! cela ne ferait pas bondir de joie les chrétiens que nous sommes.
Pourquoi devrait-on se réjouir, après tout?

Dans ce monde presque parfait, il y aura la mort!
Tôt ou tard, il faudra souffrir la peine de la séparation d'une épouse aimée, d'un enfant, d'un parent, d'un ami... quelle différence que cela arrive après 500 ans plutôt que 50? Hormis la tristesse qui n'en sera que plus grande, il n'y aura pas de différence.

Dans ce monde presque parfait, il y aura aussi le péché!
Chaque jour, nous connaîtrons notre misère et notre faute, la plus grande des misères. Chaque jour, il faudra lutter contre le péché et s'exclamer: "Misérable que je suis! Qui me délivrera de ce corps de mort?..."
Quelle différence cela fera, alors que Gary NORTH siège sur le trône du monde et que Kenneth GENTRY jr. soit en charge de la radio et de la télévision?

Dans ce monde presque parfait, il y aura des impies. Ils seront cachés... extérieurement, ils se conformeront à la Loi de Dieu, en particulier les règles civiles de l'Ancien Testament, tant pour jouir de la prospérité matérielle que pour éviter l'ire des Reconstructionistes... mais dans leur cœur, ils haïront Dieu, maudiront le Christ et attendront l'occasion de se soulever contre Lui.

Ce monde presque parfait sera un monde où le chrétien gémira après la rédemption de son corps (Romains 8. 23), où il pleurera encore nuit et jour pour que le Seigneur leur fasse Justice (Luc 18. 1-8) et où tous s'accorderont pour dire à Dieu:
"Seigneur, nous t'en prions, mets fin, le plus rapidement possible, à cette histoire de postmillénarisme, et viens vite!"

Alors, que ce royaume de chair constitue le sommet du règne de Jésus-Christ, voilà une idée qui ne peut que consterner les Chrétiens que nous sommes. Car, selon les chiliastes, la fin de ce règne millénaire constituera la fin du règne de Christ. L'éternité à venir ne sera pas le royaume messianique, mais le simple règne de Dieu.
Pour ce qui concerne le règne du Christ Jésus... c'est tout!
1000 ans de presque bonheur, et... terminus: tout le monde descend!
Ce règne terrestre, par le moyen de L’Église, un règne rempli de péché, de mort, de réprouvés irrégénérés qui haïssent et maudissent Jésus-Christ du fond de leur cœur,  voilà ce que serait la conclusion du royaume du Christ.
*
*
*
Quel flop!
Si c'est là le règne messianique à son plus haut niveau, le Christ est donc destiné à devenir synonyme de l'échec!
Les Reconstructionistes aiment railler les amillénaristes en les traitant de défaitistes. Ils n'hésitent pas à accuser l’Église d'être responsable du fait que leur royaume presque parfait n'arrive pas à se réaliser.
Parlons donc de défaite! Leur royaume risible est-il le mieux que Christ puisse faire?... Un tel Christ serait un échec.
Or, nous ne le croyons pas un instant. Le règne imaginé par les Postmillénaristes n'est pas celui du Seigneur. Loin s'en faut qu'il s'agisse de ce règne à son apogée!

A suivre...

Aucun commentaire: