jeudi 27 août 2015

Miracles eucharistiques et oecuménisme

*





Plutôt que de se comporter en autruches, il faut regarder les choses en face... et en tirer les conclusions!
*
*
*

L'annonce et reconnaissance de miracles eucharistiques (comme celui de Buenos Aires, en 1996), par l’Église de Rome, devrait mettre immédiatement fin à toute relation et toute forme d’œcuménisme entre les Eglises de la Réforme et le clergé papiste. 
En effet, d'une part, de tels prodiges, célébrés publiquement, ne peuvent pas être ignorés. D'autre part, que du pain devienne de la chair sanguinolente  ne peut être ni un malentendu, ni un accident de la nature. C'est pourquoi, soyons francs et avouons que seules trois conclusions sont possibles:
*
1) C'est bien la chair du Christ manifestée par un miracle divin, donc Rome a toujours eu raison, le protestantisme est une hérésie, un sacrilège qui a déchiré l'unique tunique de Jésus-Christ, etc. il faut donc se convertir au papisme sans attendre: plus besoin d’œcuménisme.
*

2) Ce n'est pas la chair du Christ et ce n'est pas un miracle. Donc, c'est une mise en scène savamment pensée, orchestrée avec de lourds moyens. Dans ce cas, ce qu'on appelle "Église catholique romaine" est une secte qui pratique sciemment et délibérément le charlatanisme. Ce n'est donc pas un partenaire de confiance et il n'est pas bien intentionné: plus besoin d’œcuménisme.
*

3) Ce n'est pas la chair du Christ, mais ce n'est pas du charlatanisme: les papistes constatent candidement un prodige qu'ils n'ont pas mis en scène.
Dans ce cas, c'est un prodige qui indique que le démon est à l’œuvre depuis le cœur de "l’Église" romaine, avec toutes ses forces de séduction,  et qu'il y a ici le plus grand danger possible pour les âmes. Au lieu de réunion de prières avec le clergé papiste, il est vital de prier ardemment pour ne jamais être séduit par les forces auxquelles il est lié: surtout, plus (est-il besoin de le dire?) d’œcuménisme.
*
*
*

Bucer

Aucun commentaire: