mercredi 1 juillet 2015

Annotations sur le Credo (6)


Nous croyons en un seul Dieu,

le Père tout-puissant,
créateur du ciel et de la terre,
de toutes les choses visibles et invisibles. 



Tout-puissant, tel est notre Dieu. Dieu, qui a créé toutes choses, a aussi sur elles un pouvoir souverain. A Dieu, rien n'est impossible, nous déclare le Seigneur Jésus. Et cette toute-puissance n'est jamais en repos.
En effet, s'il est écrit qu'au septième jour de la Création, Dieu se reposa de son œuvre, c'est au sens où Dieu cessa de créer. Mais depuis le commencement jusqu'à présent, Dieu conserve et dirige sa création (providence), de sorte que nous pouvons et devons dire que Dieu a créé toutes choses, et qu'il les gouverne et les conduit, disposant de tout ce qui arrive dans le monde et réglant tout selon sa volonté (confession de La Rochelle, article 8).
Cette vérité doit être particulièrement consolante pour les chrétiens, qui ont en Dieu un Père aimant, parce qu'ils sont réconciliés avec Lui, par le Christ. Aussi le catéchisme de Heidelberg nous rappelle-t-il, dès sa première question, que (Jésus) me garde si bien qu'il ne peut tomber un seul cheveu de ma tête sans la volonté de mon Père qui est dans les cieux, et que toutes choses doivent concourir à mon salut.
A Dieu, rien n'est impossible: cette affirmation implique aussi que, dans l'ordre normal de la vie et du monde, certaines choses sont impossibles aux créatures que nous sommes. Mais Dieu, Notre Père, peut tout. C'est ainsi qu'Il a même apporté une réponse au problème du péché et de la mort et qu'Il régénère des hommes pour les faire passer de la mort (spirituelle) à la Vie.
Il est vrai aussi que cette puissance de vie peut parfois se manifester dans des miracles que, sans rechercher par-dessus tout, nous ne pouvons que reconnaître et pour lesquels nous devons rendre grâce. Aussi ne faut-il pas hésiter à présenter à Dieu, dans nos prières, tous nos besoins et de pas considérer certains problèmes, certains choses (exceptés, évidemment nos caprices), comme impossibles ou  irréalisables pour le Dieu saint et vivant.
Et pourtant, contrairement à certaines tendances "charismatiques", nous devons garder les yeux fixés sur LE miracle important par-dessus tout: celui de notre foi et de la vie éternelle en Jésus-Christ. Loin s'en faut que nous prenions les miracles qui se font ici où là pour les critères permettant de juger la doctrine des hommes par les mains desquels se font tels ou tels prodiges...

Enfin, certains rationalistes nient ce Dieu tout puissant et s'en moquent, par des sophismes impies. L'un des plus connus, sans doute, consiste à demander si Dieu peut faire un rocher si lourd qu'il n'arrive pas à le soulever.
Ces navrantes sottises nous en disent long, sans doute, sur la méchanceté du cœur de l'homme. 
Mais Dieu n'en reste pas moins tout puissant, si bien qu' il est grand, le mystère de la piété: Dieu a été manifesté en chair, etc.
De sorte que, oui, le Seigneur a souffert pour nous et Christ est ressuscité, pur le Salut de quiconque croit.
Or nous croyons en Lui, et nous devons considérer qu'il y a, dans le mystère de ce roc, une manifestation bien plus précise de la toute puissance de Dieu que dans toute spéculation de l'esprit dégénéré des hommes pécheurs.

Bucer

Aucun commentaire: