vendredi 5 juin 2015

Respect de la vie humaine


C'est avec tristesse que nous apprenons aujourd'hui la décision de la Cour Européenne des Droits de  l'Homme (sic) pour permettre la mise à mort de Vincent Lambert.


Nous prions pour cet homme et ses proches (ainsi pour tous ceux qui souffrent en leur chair et qui éprouvent les plus cruelles douleurs et tentations); nous prions aussi pour que la décision de laisser mourir des personnes lourdement handicapées ne se généralise pas dans notre pays, et nous nous associons au constat des cinq juges dissidents, lorsqu'ils disent:

(...) Après mûre réflexion, nous pensons que, à présent que tout a été dit et écrit dans cet arrêt, à présent que les distinctions juridiques les plus subtiles ont été établies et que les cheveux les plus fins ont été coupés en quatre, ce qui est proposé revient ni plus ni moins à dire qu’une personne lourdement handicapée, qui est dans l’incapacité de communiquer ses souhaits quant à son état actuel, peut, sur la base de plusieurs affirmations contestables, être privée de deux composants essentiels au maintien de la vie, à savoir la nourriture et l’eau, et que de plus la Convention est inopérante face à cette réalité. Nous estimons non seulement que cette conclusion est effrayante mais de plus – et nous regrettons d’avoir à le dire – qu’elle équivaut à un pas en arrière dans le degré de protection que la Convention et la Cour ont jusqu’ici offerte aux personnes vulnérables.

La suite, ici

Bucer

Aucun commentaire: