samedi 4 octobre 2014

Règne de Dieu et ordre extérieur

On déplore à bon droit la décadence de nos sociétés.
Cependant, comment s'étonner de voir le monde pourrir lorsque l’Église, sel de la terre, perd sa saveur? (Matthieu 5: 13)

Or, qu'est-ce qui fait de l’Église le sel de la terre et la lumière du monde, sinon la Parole de Dieu (Psaume 109)?

C'est pourquoi, au lieu de chercher à redresser le monde par un activisme des valeurs et une promotion de "lois chrétiennes" dans un monde sans Christ, les fidèles doivent avant tout revenir à (et témoigner de) la Parole de Dieu, avec foi, étant entendu que la promotion de LA vérité dans l’Église doit être concomitante au rejet catégorique des erreurs (Galates 1: 8-9).

Ce faisant, la pénitence -- inséparable de la foi -- concernera les silences coupables et la tolérance mal placée, qui ont permis l'éclosion du relativisme doctrinal et moral, particulièrement virulents de nos jours.
Il sera ainsi question pour les baptisés de revenir à la foi toute simple de l’Évangile, en délaissant les sectes et ecclésioles [dont les assertions exorbitantes finissent par décrédibiliser et relativiser tout dogme] et de réformer leurs vies selon la Parole de Dieu en se séparant de ceux qui, tout en se disant croyants, font de leur prétendue foi un refuge et un masque pour leurs œuvres charnelles (ainsi, l’Église Réformée du Canton de Vaud, et sa bénédiction des mariages gays, etc.).

Interpeller les fidèles, édifier l’Église -- sur laquelle Christ règne par Sa Parole et Son Esprit: telle est donc notre préoccupation première.

Et le reste?
Évidemment, là où est l’Église, et à mesure de son étendue, les puissances ici-bas sont comme domptées, au sens où tout pouvoir reconnu au Christ (son règne exclusif sur les consciences)  est, de fait, retiré à César. Et nul ne niera qu'une société remplie de tels Chrétiens, respectueux de la Personne, est préférable et plus viable qu'un nid de vipères peuplé, à 90%, de djihadistes et autres esprits totalitaires et dégénérés.

Néanmoins, ceci n'est qu'un appendice, une conséquence très secondaire de l'évangélisation (et de la ré-évangélisation) dont le but premier ne saurait être l'organisation ou la gestion d'une sorte de paradis terrestre pour sociétés incrédules, mais bien le salut éternel des âmes, dans une foi pure et ferme.

Bucer




Aucun commentaire: