mercredi 25 juin 2014

Silence, on "laisse mourir"


Nous vivons une "drôle" d'époque où l'on se félicite de ne pas condamner à mort des assassins, mais où on décide de mettre à mort des innocents, au prétexte que leur handicap leur aurait fait perdre leur dignité...
Oui, vous avez bien lu: indignes! Et donc aussi indignes de vivre. C'est cela le monde actuel: une arène où la dignité se mesure à la capacité, à la performance, et où la compassion se mesure à la quantité de poison que vous injectez à votre prochain affaibli. 

C'est ainsi que, par exemple, on veut priver un homme d'aliments, afin de le "laisser mourir" (et qui ne mourrait pas dans ces conditions?) alors que (notons le au passage) aucune maladie mortelle ne cherche à l'emporter. 
Tuer?... Non, voyons! Selon les "éléments de comm'" officiels, selon la novlangue diabolique et nécrolâtre, il faut dire "laisser mourir". Et "dans la dignité", en plus! 

Prions, chers amis, pour le cas du jeune homme concerné mais aussi pour l'évolution de la jurisprudence de notre pays et pour que la barbarie ne l'emporte pas sur l'humanité.


Bucer

Aucun commentaire: