vendredi 27 juin 2014

Bénédiction des mariages homosexuels?

L'Église Protestante Unie de France et l'Union des Églises Protestantes d'Alsace Lorraine sont interpellées par la voix douce d'un ange de lumière: Dieu a-t-il vraiment dit?


La question posée aujourd'hui concerne la bénédiction des mariages homosexuels
Evidemment, si les Chrétiens répondent d'une manière biblique, on les taxera d'intégrisme. S'ils répondent d'une manière rationnelle, on les traitera de gens sans cœur. S'ils répondent avec amour, on les traitera de gens arrogants et condescendants. Bref, aucune réponse ne sera bonne, tant qu'elle ne correspondra pas au diktat mondain.

Sur ces sujets très "à la mode", il nous faut donc dire quelques petites choses:

1) L'être humain est sexué depuis sa création et cela vise la procréation, selon les termes de l’Écriture: Soyez féconds, multipliez, etc. (Genèse 1).

2)  Il en découle que, selon le plan de Dieu, il n'y a de sexualité qu'entre un homme et sa femme à moins que, par un don particulier, une personne ne soit capable de vivre dans le célibat (Matthieu 19; 1Corinthiens 7, etc.)


3) Que la sexualité doit être encadrée dans les liens du mariage, lequel évite l'impudicité dont Notre Dieu, qui est Saint, a horreur (1Corinthiens 7; Hébreux 13, etc).

4) Que cet état conjugal est sacré et que le Seigneur bénit l'union de ceux qui croient en Lui de sa présence (cf. Jean 2). De sorte que les Chrétiens ne doivent pas mépriser cette condition ni la tenir pour équivalente à n'importe quelle autre union, mais être certains d'y trouver un état saint et particulièrement cher à notre Dieu.

5) Que cette union d'un homme et d'une femme, correspondant à la volonté toute bonne du Dieu créateur, doit en outre être regardée comme l'image inviolable et sacrée de l'union du Christ et de son Épouse (Éphésiens  5).

6) Que le péché a mortellement blessé la création toute bonne de Dieu et a introduit toutes sortes de pratiques et de désirs contraires à cette œuvre (Genèse 3, etc.)

7) Que le péché se manifeste, notamment, par l'onanisme, les regards et les désirs coupables, la débauche, le divorce, l'infidélité, etc. (Matthieu 5, etc.)

8) Que les rapports sexuels entre gens du même sexe sont également contraires à la volonté et création de Dieu et ne sont donc pas davantage agréés par Lui (cf. supra 1, 2, 3...)

9) Que Dieu ne condamne pas seulement de telles pratiques dans l'Ancien Testament (Lévitique 18, 20, etc.), mais aussi dans le Nouveau (Romains 1; 1 Corinthiens 6, etc.)

10) Qu'en repoussant le péché, Dieu ne repousse pas les pécheurs mais les appelle à la repentance, afin de vivre Libres et dans la Joie (Jean 3).

11) Que cette Joie et Liberté ne consistent pas en un chemin de la facilité (selon la chair), ce chemin vaste et large de la perdition contre lequel l’Écriture nous met en garde pour notre propre bien (Hébreux 12).

12) Que les prévaricateurs qui veulent flatter les pécheurs ne leur font aucun bien, mais les enferment au contraire dans une condition telle que leur conscience ne sera jamais en paix face aux Écritures.

13) Que les Écritures saintes sont au-dessus du siège romain et de ses nonces apostoliques et qu'elles sont pareillement supérieures au siège mondain et ses nonces apostatiques.

14) Que si les Églises mentionnées acceptent le mariage homosexuel, cette infidélité ne sera pas très différente des infidélités du pape, si bien que la cause de l'oecuménisme (à laquelle ils sont tous tant attachés!) mériterait bien que tous aillent à la messe plutôt que de continuer à se disperser.

15) Cette dernière éventualité mettrait bien des pasteurs indignes au chômage; serait-ce là la cause de tout ce chantier?
Or on doit se souvenir que ceux qui roulent pour leur ventre seront damnés.

Bucer

2 commentaires:

Théodore a dit…

Priez donc pour l'EPUF, elle en a grand besoin. Il est dur d'être un chrétien fidèle dans l'Inspection de Paris, ces derniers temps.

Blog Chrétien Protestant a dit…

Je ne sais pas ce qu'il adveindra dans l'EPUF, mais le simple fait que l'on s'autorise à débattre de la possibilité d'une telle chose en dit déjà long...