samedi 15 février 2014

Dieu a-t-il vraiment dit?


 Évidemment, il a toujours été dans l'intérêt de "l'ange de lumière" de demander un débat où il ne risquait pas de condamnation, et c'est encore ce qui se passe dans l'UEPAL.

Tout se passe comme si l’Église était le lieu de petits débats "sociétaux" sans importance pour le salut, ou comme si le salut était lui-même sans importance. Et cela en dit long sur les forcesque nous devons affronter!

Certes, on nous dira qu'il n'y a (dans le débat sur le mariage gay), que deux compréhensions de la Bible et que les deux sont aussi légitimes.
Aussi légitimes l'une que l'autre, dans la tête de nos adversaires peut-être, mais sans doute pas dans l’Église de la Confession d'Augsbourg, qui ne reconnaît de mariage que celui entre un homme et une femme et qui considère toute sexualité hors mariage comme contraire à la Parole de Dieu (article 23).

Qu'on nous prouve que cette position est un mensonge qui brise les âmes et les éloigne de Christ (qu'on nous accuse donc, nous sommes prêts à en assumer la responsabilité devant celui qui doit juger tous les hommes!) ou bien que l'on se taise. 
De notre côté, nous sommes prêts à condamner ouvertement ceux qui veulent désavouer la Bible, telle que comprise à sa propre lumière (et, en tout cas, telle que comprise par la Confession d'Augsbourg) et d'en assumer là aussi l'entière responsabilité devant le Dieu vivant.
.
Couards, fourbes et tièdes s'abstenir du débat. Merci.

Bucer

1 commentaire:

Domus a dit…

D'après l'article, ces messieurs souhaitent que s'instaure un débat « ouvert » sur la question. Il me semble que le mot « débat » implique à lui seul que plusieurs voix s'expriment sans qu'il soit nécessaire de le qualifier d' « ouvert ». Cette façon de présenter les choses en dit long sur les réelles intentions de ces fins débatteurs des pensées de Dieu (Es.55.8).
Peu importe, la vraie question est plutôt de savoir s'il convient de débattre de ce sujet. La réponse est : NON ! La parole du Seigneur n'a pas à être débattue. Ce qu'Il a décrété, en quelque domaine que ce soit, doit être reçu sans contestation.
Préférant s'en remettre à un débat plutôt qu'à la sainte Parole de Dieu pour fixer désormais la foi et les actes, on se demande maintenant ce qu'ils pourraient faire de pire ? Fermer définitivement leur Bible ? Peut-être à la suite d'un autre débat... « ouvert » naturellement.