dimanche 3 novembre 2013

Histoire des Variations des Eglises papistes



Il appert que le papisme n'est uni que sur une chose: le rejet de l’Évangile.
Quant au reste, on voit les conciliaristes s'opposer aux papalistes et ces derniers se déchirer en trois sectes (en attendant que Benoit XVI s'oppose un jour à François?):

Sedevacantistes: qui n'admettent le pape que s'il est d'accord avec ses prédécesseurs;
FSSPX: qui admettent un pape en se réservant le droit d'inventaire sur ses innovations;
Conciliaires: qui admettent tout enseignement pourvu qu'il vienne de l'évêque qui réside au Vatican.

Nous devons admettre que si les Protestants se sont quelques fois disputés sur certains articles,ils ont au moins toujours été d'accord, eux, sur l'identité et autorité de leur chef: Jésus-Christ.

Bucer




2 commentaires:

Domus a dit…

Il ne fait aucun doute que votre Blog est lu et archi lu au Vatican ! Alors écrire noir sur blanc que Benoît XVI pourrait un jour s'opposer à François, autrement dit qu'il pourrait y avoir du rififi au Vatican, c'est jeter ce pauvre pape qui n'est déjà pas dans son assiette à cause des problèmes de la curie dans un indescriptible désarroi. C'est lui faire prendre tout à coup conscience que l'adversité peut venir subitement de la maison d'à-côté, qu'il n'y a que la rue à traverser pour se retrouver confronté à un prédécesseur vivant ! Découvrir maintenant qu'il risque la bagarre avec Benoît XVI a vraiment de quoi le faire devenir chèvre !
Mais non, parce que Benoît est un vieux pape fatigué qui redoute les conflits, on peut imaginer qu'il saura faire en sorte que le sang ne coule pas. C'est pourquoi, considérant le point où en sont arrivés les deux hommes, l'affrontement auquel on risque d'assister sera plutôt celui d'une partie de bridge autour d'une tasse de thé qu'un pugilat à couteaux tirés.

P.S. : On chuchote que Super François a fait savoir qu'il préférerait une partie de belote arrosée d'un bon chianti. Que voulez-vous, ils ont beau être papes tous les deux, ils n'ont pas les mêmes valeurs...

Olivier a dit…

A mon avis, la grande rupture est la Réforme Grégorienne. Selon des historiens, les cathares ne seraient que des poches résistances orthodoxes à la réforme grégorienne, "catharisé" par l'historiographie catholique en créant une hérésie inspiré d'anciennes.

Pour le pape, a priori François est très contesté au sein de la Curie.