lundi 23 septembre 2013

EERV: l'apostasie sera tiède


"L’Église Évangélique Réformée" du canton de Vaud continue d'avancer dans le large chemin où elle s'est engagée en 2012, pour proposer un rite aux "couples" homosexuels.
Après tout, peu importe ce que dit la Parole de Dieu à ce sujet: il y a une décision du synode, et selon les statuts de l'association cultuelle en question, une décision du synode, cela lie la conscience de toute créature sous le soleil...du canton (!)
Ayant déjà noté combien ce genre de défense sera nulle devant le Dieu vivant, passons à ce que nous apprennent les récents rebondissements:

1) Tout comme les iconodoules ont jadis défini qu'il y avait distinction théorique entre adoration (à Dieu seul!) et dévotion (aux images saintes...), nos soi-disant réformés affirment avec force qu'il doit y avoir distinction entre le mariage et l'union civile. 

 La distinction entre un partenariat et un mariage est clairement énoncée dans le Règlement ecclésiastique. Seul un homme et une femme peuvent se marier.

Quant à savoir ce que vaudra une telle distinction dans la chambre à coucher des personnes concernées, nous vous laissons l'apprécier.

2) Continuant sur sa lancée de subtilités et de compromis dignes des jésuites, le synode admet aussi que les pasteurs qui ont un problème avec cela pourront refuser de bénir les unions en question.

Enfin, un pasteur pourra évoquer une sorte de clause de conscience pour refuser d’officier si «ses convictions théologiques l’en empêchent.»
Le terme de "conviction théologique" est ici bien hypocrite. Que veut-on dire par là? Veut-on sous-entendre "convictions académiques"? Du genre de convictions sans incidence sur le salut?
En rester à ce stade en reviendrait à admettre que cette bénédiction est une chose acceptable: c'est la cautionner et lui donner la victoire.
Je demande, donc: qui a des convictions théologiques? 
Nos convictions sont et doivent être chrétiennes!
Dans l’Église de Dieu, on ne se bat pas pour du vent, pour défendre des "convictions théologiques" n'engageant que le champ de la connaissance. On ne se divise pas pour notre habileté universitaire à commenter des textes, mais pour le salut des âmes!

Des fidèles et pasteurs qui refuseraient de célébrer de telles bénédictions sans toutefois dénoncer, avertir et excommunier ceux qui le font, on pourrait se demander si leurs "convictions théologiques" ne sont pas de la même nature que la conception de la Justice chez un Ponce Pilate se lavant les mains. Et s'il y a encore quelques chrétiens dans cette communion, nous ne pouvons que leur conseiller de prendre tout cela au sérieux car "on ne se moque pas de Dieu", etc.

Bucer






Aucun commentaire: